Markéting relationnel : à Butembo les victimes de l’arnaque de Macy’S, OttoOk et Louis broient le noir

Plusieurs jeunes de la ville de Butembo, à l’instar de ceux d’autres provinces de la RDC, sont victimes de l’arnaque de certaines entreprises qui promettent un retour sur investissement aux adhérents.  Il s’agit des entreprises qui, pour la plupart des cas, n’ont aucun siège social et qui prétendent présenter des nouvelles opportunités d’affaires à travers le commerce en ligne. La Voix de l’UCG a rencontré certaines victimes de cette escroquerie à grande échelle.

Acte I d’une série de reportages sur les entreprises qui font le MLM, le Multi Level Marketing, MLM.  

Il y a quatre ans, Amani Kavunga a été arnaqué par Stand-cup.busy, une entreprise qui a fait faillite dans le secteur de marketing relationnel. Depuis lors, il a bien retenu la leçon.

« Je n’ai pas adhéré parce que j’ai déjà eu ma bonne dose d’arnaque. J’ai investi dedans et ça a disparu tout comme Otto. J’avais déjà 200$ dans mon compte et après un moment, on avait du mal à accéder au site de stand-cup.busy. Ils disaient qu’ils avaient un problème de maintenance et qu’ils allaient revenir. Après un certain moment, on avait juste compris qu’on avait perdu »,  explique Amani Kavunga.

Les adhérents sont recrutés partout. Parmi les terrains propices, c’est l’université. A partir de son téléphone, générer des bénéfices faciles à partir des frais épargnés sur des comptes virtuels, nous explique ce jeune étudiant investisseur dans l’arnaque pyramidale OttoOk.

« Moi c’était un camarade qui m’a intéressé en me disant qu’il y a une application qui peut être pour nous une opportunité de gagner de l’argent. Il m’a donné le formulaire et l’application s’auto installe dans le téléphone. C’est comme ça que je suis entré dans Otto. J’y avais investi 45$pour un démarrage avec un gros bénéfice. Je me disais que cet argent va m’aider dans beaucoup de choses » explique cette autre victime.

Gagner 60 dollars le jour, des bénéfices qui font rêver. Ce jeune, investisseur dans l’entreprise Macy’S témoigne.

« Ce sont les intérêts qui faisaient augmenter l’argent. On avait des pourcentages par rapport au nombre d’investisseurs qu’on avait convaincu d’adhérer à la plateforme et d’y mettre leur argent », lance-t-il.

Les plateformes d’accès à ces entreprises de marketing relationnel sont inaccessibles à présent. Celles qui le sont encore n’autorisent plus le retrait d’argent. Des plaidoyers sont menés afin de bloquer les numéros téléphoniques sur lesquels transitent les fonds des investisseurs arnaqués par Otto Market, Louis et Marcy’S.

Après l’alerte du député national Ayobagira à travers une lettre datant du 23 Mai,  Airtel RDC reconnaît avoir bloqué une quinzaine de comptes qui étaient utilisés pour les arnaques. Il exige  de même pour Orange et plaide pour un  rapide remboursement aux victimes. Il dit cependant qu’il a identifié plus de 50 comptes suspects lors des plaintes de ses électeurs. Pour lui, au vu de leur retard dans la protection de leurs abonnés, Airtel et Orange sont co-responsables de cette magouille et doivent contribuer au remboursement des victimes.

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE