Nord-Kivu : alerte autour des pluies abondantes en juin et juillet à Butembo, le Professeur Sahani Walere temporise

Alors que de fortes pluies sont annoncées sur la ville de Butembo entre juin et juillet  2024, le professeur Muhindo Sahani Walere salue la sensibilité des autorités urbaines au sujet de la prévention des risques hydrologiques. Toutefois, cet expert en gestion de risques naturels déplore ce qu’il qualifie d’extrapolations de la part de l’Agence nationale de Météorologie et de Télédétection (METTELSAT) en ce qui concerne l’abondance des pluies en ville de Butembo.

D’après les données communiquées par METTELSAT, Butembo fait partie des zones qui connaîtront des pluies anormales entre mai et juin 2024, la ville est par conséquent classée dans la catégorie des zones rouges. « Mais attention », prévient le professeur Sahani Walere, il faut éviter l’extrapolation.

« Le climat dans la région est influencé par beaucoup d’aspects, d’abord par tout ce qui se passe au niveau de l’Océan Atlantique et qui se répercute sur la contrée, et donc on ne pourra pas partir des extrapolations de données spatiales pour directement affirmer que, nécessairement, ça pourra se passer de cette façon dans la ville de Butembo. Quand je faisais ma thèse en 2010, toutes ces craintes étaient envisagées mais la tendance globale était à la baisse des précipitations », explique cet enseignant en faculté de sciences agronomiques de l’Université Catholique du Graben (UCG) Butembo.

Dans un communiqué datant du 24 mai 2024, le commissaire supérieur Mowa Baeki Telly Roger, maire de Butembo, demande à la population se trouvant dans les cellules considérées comme zones à risques d’observer les consignes telles que la vigilance, la canalisation des eaux et la gestion des déchets, l’évacuation des personnes vulnérables comme les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles à mobilité réduite. Il parle même de la délocalisation momentanée des activités, par exemple pour ce qui est des marchés de Biasa et Kaliva.

En sa qualité d’expert en gestion de risques naturels, le professeur Walere, tout en saluant la sensibilité de l’autorité urbaine par rapport à cette question, reste dubitatif par rapport à la solution proposée. « Si vous demandez aux gens de quitter ces zones, évidemment ils sont attachés à leurs terres et ne vont pas vous croire. C’est pourquoi dans beaucoup de villes, on fait la reconstruction de la ville à l’intérieur de la ville. Mais on ne va pas s’amuser à délocaliser les gens sachant qu’ils ont des infrastructures dans ces zones-là. Si vous les délocalisez, alors faites ça avec beaucoup de précautions en vous rassurant que les événements qui sont prédits vont se réaliser à 100 %, encore faudra-t-il savoir qu’il s’agit de méthodes probabilistes ».

 

La thèse du professeur Sahani Walere soutenue en 2012 en faculté de sciences de l’Université de Liège en Belgique traite exactement du contexte urbain et climatique des risques hydrologiques de la ville de Butembo. Il dit avoir déjà déposé une copie à l’hôtel de ville pour contribuer à apporter des solutions au problème de la ville, mais se pose la question de savoir si les autorités l’exploitent pour cette fin.

 Jackson Sivulyamwenge

Share this content:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *