Marketing Relationnel : ChyMall et compagnie, ces entreprises qui disparaissent avec l’argent des leurs clients à Butembo

Dans la suite de nos reportages sur l’arnaque liée au marketing relationnel, en ville de Butembo, plusieurs des entreprises de cette catégorie ont déjà fermé leurs portes. Les investisseurs dans ces entreprises n’ont que les yeux pour pleurer car ils ne savent auprès de qui réclamer leur argent.

 Acte II de cette série de reportages sur les entreprises qui font le MLM, le Multi Level Marketing, MLM.  

Lire aussi

Markéting relationnel : à Butembo les victimes de l’arnaque de Macy’S, OttoOk et Louis broient le noir

Elle n’a pas voulu révéler son identité, cette jeune dame qui a investi ses 315 dollars américains, il y a une année. ShyMall, l’entreprise dans laquelle elle a placé son argent n’existe plus.

« Ma voisine m’a rassuré que je vais avoir de bons retours sur investissement. Mon capital et les bénéfices de 41 dollars sont encore dans mon téléphone. Je ne sais pas si un jour je pourrai accéder à cet argent. Je suis passé à deux reprises au bureau de ChyMall sans explications convaincantes », se plaint-elle.

Motivée par la course effrénée au gain facile, des clients de ShyMall ne cessent de s’empresser à son bureau sur l’Avenue des Martyrs. Ils ignoraient que les frais de location de ce bureau étaient supportés mensuellement par des autochtones afin de crédibiliser l’entreprise qui n’a pas de représentation connue.

« Ce sont des entreprises sans PDG ni celui qu’on peut appeler Gérant ou Secrétaire. Chacun est patron de lui-même. Et lorsque ça tourne au vinaigre, il n’y a personne auprès de qui réclamer son argent », explique un jeune homme, sous l’anonymat, qui a perdu plus de deux milles dollars américains dans ChyMall.  Pourtant antérieurement, il a aussi été arnaqué par d’autres entreprises notamment OttoOK, Kyamakya Compagnie et Panorama.

Les victimes des entreprises MLM se comptent dans toutes les couches sociales. Même des puissants opérateurs économiques y investissent des milliers des dollars, nous a confié hors micro, l’une des victimes.   

Les rares chançards tirent l’épingle du jeu, plusieurs autres restent anonymes. Des indiscrétions des victimes rencontrées font savoir que des agents dans des institutions bancaires et des microfinances les ont encouragés à adhérer dans ces entreprises, MLM, réputées dans l’arnaque.

 

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE