Nord-Kivu/Covid-19 : Face à la crise économique, les voies de sortie sont difficiles à envisager pour la RDC et les pays africains « Prof MAFIKIRI »

Faute d’avoir une économie moins diversifiée car essentiellement basée sur la production primaire, l’Afrique pourrait souffrir de la crise économique mondiale redoutée pendant et après la pandémie de coronavirus. La crainte a été exprimée par le professeur Mafikiri Tsongo, enseignant de macro économie à l’Université Catholique du Graben. L’Afrique en général et la RDC en particulier ont le désavantage de ne pas être en mesure de compter sur un autre secteur pour se résister à la crise estime le Professeur que La Voix de l’UCG a rencontré.

« Sans une production intérieure suffisante, les pays Africains vont le plus souffrir de la crise économique du covid 19. L’Afrique dépend en effet du marché mondial des matières premières. Or, ce marché fonctionne actuellement au ralenti. Ceci va logiquement entrainer la baisse des exportations avec pour conséquence directe, la baisse des recettes de l’Etat qui sera obligé aussi de diminuer ses programmes sociaux » estime le Professeur Mafikiri.

Et si la crise arrive, les voies de sortie sont difficiles à envisager tant pour la RDC que pour les autres pays africains selon le professeur Mafikiri Tsongo. 

Le Docteur en sciences économiques conseille aux Etats africains, à la RDC particulièrement, de diversifier leurs économies. « C’est la plus grande leçon à tirer de la situation actuelle qui nous montre que les seules importations et exportations ne sont pas une base solide pour appuyer durablement une économie », souligne le Professeur Mafikiri.

Il plaide pour la production interne dans nos Etats qui, au-delà, d’un sous-sol riche, ont un sol très bon pour l’agriculture, l’élevage,  le tourisme… « L’Afrique peut aussi développer si elle le veut son industrie textile, agroalimentaire, de transformation de certains minerais », conclu l’économiste.

Emma KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE