Nord-Kivu : Face aux limites des opérations militaires, un élu de Beni plaide pour les négociations directes avec l’ADF

Dans une interview accordée ce lundi 22 juin 2020 à La Voix de l’UCG, le député KambaleMathe Mathieu a dénoncé la recrudescence des massacres à Beni depuis 2014. Pour cet élu du territoire de Beni, l’option militaire a déjà suffisamment prouvé ses limites. C’est pourquoi le député Kambale Mathe Mathieu dit épouser l’idée émise depuis octobre 2018 par madame Leila Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC.

Dans son plaidoyer à l’époque, la diplomate onusienne avait fait savoir que cette main tendue permettra de mettre un terme aux différentes exactions imputées à cette nébuleuse venue de l’Ouganda voisin.

« Actuellement je suis parmi les gens qui ont rejoint Leila Zirougui qui nous avait demandé de négocier avec les rebelles. En fait  notre armée nous a déjà montré ses limites pendant les 9 mois de guerre dans le triangle de la mort (ndlr opérations dites de grande envergure contre l’ADF) rien ne change », déplore cet élu du peuple.

Pendant ce temps, le député KambaleMathe Mathieu a critiqué le rapport présenté vendredi 19 Juin  par la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale.

Cette commission a encouragé l’échange des informations entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Uganda People’sDefense Force (UPDF) ainsi que les autres voisins de la RDC.

 Dans son intervention, KambaleMathe Mathieu a  plaidé pour la déclaration de  guerre par la RDC contre certains de ses voisins soupçonnés de soutenir les combattants ADF

« Il y’a un adage qui dit qui veut la paix prépare la guerre. Dans le rapport de la commission défense et sécurité (ndlr de l’assemblée nationale) ils nous ont dit que nous devons continuer de coopérer avec le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi. Une option à laquelle moi je me suis opposé proposant à la place  la déclaration de guerre à ces trois pays qui nous ont déjà pris pour des moutons », plaide l’élu de Beni.

Après l’attaque des rebelles ADF 12 juin 2020 à Kekelibo ayant fait cinq morts, le centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et le droit de l’homme (CEPADHO)  a affirmé que le nombre est passé à 662 civils tués dans 7 mois dans la région de Beni.

Dans son bulletin d’information du 13 juin 2020, l’ONG CEPADHO dénonce “l’ampleur de la tragédie” dans la région et révèle que “l’ennemi a réussi à exploiter les failles dans le système de défense des FARDC’’.

Georges KisandoSokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE