Nord-Kivu : « le défi qui attend le nouveau commandant des OPS Sokola2 est historique et perpétuel » (Kibel’Bel Oka)

Le nouveau Commandant du Secteur opérationnel Sokola2 basé à Goma, le Général Peter Chirimwami sera confronté au grand défi historique, celui de la volonté inavouée du Rwanda de déstabiliser la province du Nord-Kivu. C’est en tout cas ce que pense le journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka, écrivain, spécialiste des Grands Lacs et directeur du Centre d’Études et de Recherches Géopolitiques de l’Est du Congo. 

 

Depuis James Kabarebe au sommet des FAC jusqu’à Bosco Ntaganda au sommet des FARDC, le défis pour les FARDC restent le même au Nord-Kivu, fait savoir  Nicaise Kibel’Bel Oka dans un entretien ce lundi 4 avril avec la Voix de l’UCG. Un défi historique qui consiste, pour le Rwanda, à toujours vouloir déstabiliser cette province.

« Les FARDC sont confrontés à de grands défis dans cette partie de la République. Il y a d’abord cette volonté du Rwanda de déstabiliser la province depuis le RCD, le CNDP et aujourd’hui le M23. Donc, c’est un grand défis, non seulement pour le nouveau Commandant, mais un défis pour toute la République, pour toute la population congolaise d’arriver à mettre fin à cette menace perpétuelle, une menace pérenne », prévient-il. 

 

Auteur de plusieurs ouvrages sur la guerre à l’Est de la RDC, dont  celui intitulé « Histoire d’une guerre avec trois voisins », paru aux éditions l’Harmattan en 2006, Nicaise assure, toutefois, qu’en dépit de la taille de la menace, le Général Peter Chirimwami, placé à tête de ce secteur opérationnel sera à la hauteur de ce défis, cela au vue de son expérience dans le renseignement.

« Il faut d’abord saluer la venue du Général Peter Chirimwami pour deux raisons. La première c’est que pendant longtemps, le Général Chirimwami est un commandant second chargé de renseignement de la 34ème région militaire dans la province du Nord-Kivu. Ensuite,  il a exercé les mêmes fonctions dans le secteur opérationnel Sokola 1 à l’époque du Général Bauma. Après cela, il a  été commandant des Opérations Sokola 1 contre les ADF-MTM. Une guerre se gagne d’abord par le renseignement, nous osons croire qu’il va utiliser les leviers du renseignement pour avoir une idée sur toute tentative d’infiltration ou d’attaque du M23. C’est vrai, la tâche n’est pas facile », reconnaît-il.  

 

La tâche n’étant pas facile, il faudra, non seulement l’appui de la population, mais aussi un renforcement des FARDC en capacité opérationnelle, avec des hommes et des moyens logistiques conséquents.  Parce que, d’après ce spécialiste des Grands Lacs,  le M23, avec l’appui du Rwanda,  dispose du matériel militaire nocturne qui lui permet de lancer des opérations la nuit. « Le Rwanda prédispose une unité spéciale qui ouvre les hostilités en attaquant les localités la nuit, occupe des bastions et, au matin, se retire pour laisser place à ses supplétifs M23 », note-t-il dans un article de presse publié ce lundi 4 avril au Journal les Coulisses.

 

Jackson  SIVULYAMWENGE

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE