Nord-Kivu/ Manif Anti-MONUSCO : Me Djimmy Peruzzi plaide pour des stratégies plus compatibles avec la survie de la population et de l’activité économique

Des critiques pleuvent de partout vis-à-vis des séries des journées villes mortes contre la MONUSCO.  Des voix qui s’élèvent dans le sens d’appeler les initiateurs,  qui semblent être divisés,  à changer de stratégie.  Maitre JimmyPeruzzi, acteur politique de Butembo lance aux groupes de   pression, les mouvements citoyens qui sont au devant de  ces actions d’envisager  la levée partielle des actions pour des raisons humanitaires. 

Dans une interview accordée ce lundi 12 Avril 2021 à La Voix de l’UCG, Me JimmyPeruzziénumère quelques  contraintes humanitaires pouvant présider à l’allègement des actions par les manifestants.

Il évoque entre autre :

1. La hausse des prix des produits de première nécessité due aux villes mortes ;

2. Le risque avéré pour certains commerçants des vivres de retrouver leurs marchandises avariées ou tout au moins abimés ;

3. La situation chaotique des malades qui ne peuvent accéder aux pharmacies pour acheter des médicaments ordonnés par les médecins ou même se déplacer en urgence par peur des perturbations;

4. L’impossibilité pour ceux qui vivent des produits champêtres d’aller s’approvisionner;

5. Le nombre croissant des demandes d’aide alimentaire dans des ménages ; 

6. Le risque de perturbation de l’année scolaire, spécialement pour les finalistes ; 

« Bref, il y a la des raisons qui concourent sur le point de vue humanitaire à la levée, non pas des actions, mais des villes mortes », explique Me Peruzzi.  

En-dehors des raisons humanitaires, il évoque également le bon sens qui commande à ce que les  actes des uns et des autres soient dictés par le consensus. 

« Jusqu’à présent, il y a un dicta du camp radical qui ne veut pas tout débat sur la levée sous prétexte que la Monusco doit d’abord partir et ce camp veut obliger tout le monde à rester dans le statu quo », déplore-t-il. 

Tout en respectant les points de vue des uns et des autres, cet acteur politique invite tous les Jeunes de la ville de Butembo à ne pas voir la victoire dans le départ effectif de la Monusco, mais dans le fait que les messages lui ont été déposés. « Même si elle peut ne pas partir, l’important aura été fait de lui signifier notre colère et attendre en quoi va consister la suite », fait-il savoir. Il ajoure qu’il   est temps de poursuivre les manifestations sans villes mortes et en adoptant d’autres mécanismes de lutte.

Il demande à ceux qui pensent comme lui  en silence qu’il est temps de changer de stratégie de se manifester et de donner publiquement comme lui  de la voix. 

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE