Nord Kivu : suspension des importations et exportations via le poste frontalier de Kasindi, les prix de certains biens galopent déjà

La Fédération des Entreprises du Congo FEC Butembo-Lubero a suspendu depuis jeudi 07 juillet toutes les importations et exportations via la frontière de Kasindi. Pour cause, l’incendie des véhicules et leur contenu devenu récurrent sur le tronçon Beni Kasindi. Le communiqué du président de la FEC produit déjà des effets sur terrain. Le prix du carburant a galopé. La psychose règne, les habitants redoutent la hausse des biens de première nécessité. 

Des habitants de Butembo, à l’annonce de la suspension des importations et exportations par la frontière de Kasindi, ont pensé à faire des anticipations en stockant certains biens de première nécessité dans leurs ménages. Mais compte tenu du coût de la vie, certains n’ont pas pu comme le témoigne cet habitant : ‘‘ en l’apprenant, nous avons compris que les prix des biens manufacturés vont augmenter. Et nous connaissons comment se comportent nos commerçants. Quand il y a  une annonce pareille, ils en profitent pour affoler les prix même quand ils ont encore du stock en suffisance. Nous avons pensé à anticiper pour stocker. Mais on n’a pas pu le faire comme prévu parce que c’est une situation qui nous a surpris’’ témoigne-t-il.

Le secteur le plus impacté à ce jour, c’est celui du carburant. Un litre d’essence qui se vendait vendredi dernier à 3200 fc se négocie ce lundi à 4000, 4500 et même 5000 FC. Ce vendeur explique: ‘‘ Nous vendons le litre à 4000 fc. D’autres revendeurs écoulent le litre à 4500 et 5000 fc. C’est à partir de nos fournisseurs que le prix a monté. Ils disent que le produit est devenu rare. Nous n’avons pas de choix que de vendre en tenant compte du prix d’achat.’’

Conséquence, le service de transport qui en pâtit déjà.

‘‘ Le prix du transport monte déjà. Nous achetons le carburant à 4500 et 5000 fc. C’est vrai, que les clients n’acceptent pas encore ce qui doit être le prix de la course. Ils doivent s’adapter. Sinon, nous allons déposer nos motos.’’

D’autres biens importés comme les œufs connaissent aussi déjà une flambée de prix.

Contacté,le service urbain de l’économie dit être surpris par cette flambée des prix. Jusqu’à ce jour, rien ne peut justifier une telle escalade indique notre source. Il s’agit des résultats de la psychose due au communiqué de la FEC qui peut avoir créé chez certains opérateurs économiques l’idée de faire une rétention intentionnelle des produits indique le secrétaire de ce service qui nous a reçus. Il a précisé que le service de l’économie étudiait déjà la question. Des échanges entre ce service et les revendeurs de carburant sont envisagés dès l’après-midi de ce lundi 11 juillet rassure-t-on au service urbain de l’économie qui promet de s’impliquer et punir ceux qui pourraient être impliqués.

Emmanuel KATERI 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE