Oicha: « Des jeunes bravent le couvre-feu pour le plaisir sexuel » (constat)

Plusieurs jeunes de la commune d’Oicha, en territoire de Beni, bravent le couvre-feu pour le plaisir sexuel. Cette mesure du gouvernement provincial du Nord Kivu interdisant toute circulation à partir de 19h est essentiellement sécuritaire. Filles et garçons sortent des chambres d’hôtels, en couples, tard la nuit et se retrouvent à l’extérieur en violation de cette mesure de sécurité. Notre reporter, Jackson SIVULYAMWENGE a visité quelques logements de la place. Il nous revient avec ce reportage.

 

Il est 20 heures du dimanche 16 janvier 2022, nous sommes dans la cours intérieure de l’hôtel X., un mini-hôtel situé au nord-est de la commune d’Oicha. Des jeunes couples, filles et garçons, se remplacent, l’un après l’autre, dans des chambres. Des chambres, une dizaine, sont toutes occupées, renseigne le gérant de la maison, et d’autres attendent encore dans la paillote pour trouver de la place. Quand-est-ce qu’ils sortiront?, « quand ils le voudront », nous répond le gérant.

« D’habitude, ici chez nous les clients sortent toujours la nuit, chacun d’eux sait quand est ce qu’il va partir. La mesure de couvre-feu n’est pas encore exécutée ici », lance-t-il.

Dans un autre logement, derrière le marché central de Oicha, le dernier couple libère la chambre à 22heures locales. Comment vont-ils atteindre leurs domiciles alors que les rues sont censées être occupées par des soldats et policiers qui font la patrouille, ici le gérant nous partage l’expérience des nuits précédentes.

« Lorsqu’ils (patrouilleurs, ndlr) arrêtent nos clients, ils reviennent avec eux pour se rassurer s’ils viennent réellement d’ici ; si le gérant vous a reconnu, ils vous laissent libre mais s’il ne vous reconnaît pas, ils vous retiennent avec eux. Donc si vous avez été ici, je vais leur dire, oui, il était là, » explique-t-il.

Cette réalité contraste avec les motivations même de l’instauration du couvre-feu par le gouverneur du Nord-Kivu, parce qu’il était renforcé à la suite des explosions de bombes enregistrées dans cette région. La dernière date du 05 janvier 2022 en plein marché central de Oicha, elle n’avait pas fait de dégât humain.

Jackson SIVULYAMWENGE

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE