RDC : Butembo était la pépinière du reggae

La ville de Butembo était une grande pépinière du reggae, style musical dont Bob Marley est le pionnier. Au lieu de faire de ce style musical un élément de l’identité de la ville, les jeunes artistes de Butembo se sont tournés vers d’autres styles de music regrette Isaac Camel, un musicien raggaman, que La Voix de l’UCG a rencontré en ce jour où le monde célèbre la journée spéciale Bob Marley.

D’après Isaac Camel, le reggae s’est développé en ville de Butembo avec le succès de la musique de Mayaya Santa. Il y a eu une deuxième génération à laquelle il appartenait avec Noé Matembela et d’autres. Mais, par imitation, les jeunes se sont tournés vers d’autres styles de musique et la ville a perdu petit à petit son identité reggae, explique Isaac Camel. Il regrette aussi que le message véhiculé dans la musique soit de plus en plus tordu. ‘‘La musique africaine était reconnue pour son message. Mais aujourd’hui, avec de l’imitation sans contrôle que nous faisons, nous avons perdu notre culture. Nous les reggaemen nous sommes accrochés au message. Je donne le cas de Butembo, qui était la pépinière du reggae en RDC, les artistes se sont tournés vers d’autres styles de musique et le reggae n’est plus comme avant. Je suis arrivé à Kisangani où j’ai animé deux concerts, je n’y ai pas rencontré autant de rasta qu’ici. A Goma, Bukavu, Lubumbashi et même à Kinshasa. Butembo c’est le centre du reggae.’’

Le reggae qu’on célèbre avec l’anniversaire ce 11 mai de la mort de Bob Marley c’est une musique qu’il faut promouvoir particulièrement comme elle promeut les valeurs africaines. Tout comme le mouvement Rastafari indique Isaac Camel. ‘‘ Le concept rasta fait référence à la paix, la liberté, le respect et l’amour du prochain, un rasta ne tue pas, il ne touche même pas sur l’arme à feu, il ne peut empoisonner personne. En fait un vrai rasta correspond au profil de la personne  voulue par Dieu.’’

Le 11 mai 1981, le plus grand chanteur de reggae jamaïcain, Bob Marley, meurt à l’âge de 36 ans. Fils d’un Blanc et d’une Noire, il a grandi dans une famille pauvre, déchirée par des conflits. On estime à plus de 200 millions de disques vendus par ce pionnier de la musique reggae.

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE