RDC : des nouvelles thèses de médecine en vue grâce au consortium UCG, UNIGOM et UOB

Le consortium universitaire pour l’organisation des études  en troisième cycle à l’Université Catholique du Graben, l’Université de Goma et l’Université Officielle de Bukavu est une opportunité pour la formation des formateurs dans la région. Satisfecit du professeur Zacharie Kibendelwa, Coordonnateur dudit consortium lors des cérémonies de soutenance publique de la toute première thèse en faculté de médecine de l’UCG lundi 18 décembre.

Le consortium a été créé pour servir de pool de formation des spécialisants et des doctorants  en faculté de médecine  dans la partie Est de la RDC,  a fait savoir le Professeur Kibendelwa. Une quarantaine d’inscrits sont admis depuis deux ans au troisième cycle de médecine au Nord-Kivu et au Sud-Kivu.

 « Nous en avons au total une quarantaine. A Goma, trois thèses sont déjà déposées, on attend le comité de gestion pour en décider la suite. Même chose à   Bukavu, il y a trois ou quatre thèses qui ne sont pas encore déposées mais qui seront déposées bientôt. C’est prévu, au regard de l’encadrement que nous faisons, nous pensons que d’ici Mars tout se passe normalement »,  explique-t-il.

Le professeur Zacharie Kibendelwa revient sur la durée des études en spécialisations et de recherche en thèse.  

 « Ça dépend des spécialités des spécialistes. L’ophtalmologie c’est quatre ans, la médecine interne cinq  ans,  la chirurgie cinq. Quand vous vous inscrivez en thèse, d’abord il faut un projet de thèse, le co-promoteur qui donne un avis, que c’est faisable, qu’il y a quelque chose  de nouveau, dans trois ans vous devez présenter la thèse »,

Retenez que c’est depuis l’année académique 2020-2021 que le Ministre de l’ESU   a  autorisé les études de troisième cycle en médecine en consortium, Université Catholique du Graben, Université de Goma et Université Officielle de Bukavu. Ceci à travers des filières de Médecine Interne, Gynécologie-Obstétrique, Pédiatrie, Ophtalmologie, Chirurgie et Médecine de Famille.

Georges Kisando Sokomeka