RDC : des probables raisons de la hausse du taux de change sur le marché épinglées par le Prof Omer Mirembe

L’intervention monétaire de la banque centrale du Congo sur le marché en achetant plus des francs congolais et en vendant plus des dollars américains peut aider à l’appréciation du franc congolais. C’est l’une des solutions que propose le Professeur ordinaire Omer Mirembe, enseignant de macro économie que la Voix de l’UCG a appelé pour donner son avis sur la hausse du taux de change sur le marché. Il épingle des causes structurelles et conjoncturelles susceptibles d’expliquer cette hausse.

Des causes conjoncturelles et structurelles peuvent expliquer la dépréciation du franc congolais par rapport au dollar américain. Au-delà du fait que l’économie congolaise produit et exporte peu, ce qui fait qu’il y ait une demande de dollar plus importante que  son offre,  un des facteurs structurels qui peuvent expliquer la hausse du dollar, il y a des causes conjoncturelles qu’évoque le professeur Omer. ‘‘ Rappelons d’abord un facteur saisonnier : à l’occasion des fêtes de fin de l’année, dans plusieurs villes du pays, les entreprises de biens de consommation réalisent d’importantes ventes en francs congolais. Juste après, elles doivent reconstituer leurs stocks et donc importer. D’où, la hausse de demande de dollar pour le motif de transaction, l’importation face à une offre élevée des francs congolais. Au plan conjoncturel également, à certaines périodes, l’Etat congolais recours au financement monétaire par la banque centrale du Congo du fait de la faible mobilisation des recettes fiscales. Ce qui augmente l’offre de la masse monétaire en francs congolais, de la demande des devises et en conséquence, il y a hausse de la pression sur le marché de change.’’

Un autre facteur que soulève le professeur Omer et qui est de nature spéculative, pourrait être la recherche des marges élevées par les changeurs de monnaie, face à la demande des devises non couvertes par le secteur bancaire. Par ailleurs, l’environnement économique international peut aussi expliquer cette hausse du taux de change indique-t-il. ‘‘ La demande extérieure de nos exportations a diminué depuis la crise de Covid qui dure encore. Cela a entraîné la récession dans les pays acheteurs de nos produits, notamment la Chine. Ce qui a entraîné une baisse des rentrées de devises dans  le pays. Un deuxième facteur, c’est la hausse des prix des produits importés. Principalement la hausse du prix du pétrole depuis la guerre en Ukraine en février 2022.’’

Le professeur Mirembe suggère à l’Etat congolais la mise en œuvre des politiques pour réduire le déficit commercial en produisant plus, en diversifiant la production et en exportant davantage car la hausse des exportations génère celle de l’offre des devises. L’enseignant de macro économie à l’UCG suggère aussi le renforcement de la mise en œuvre du pacte de stabilité signé en Août 2020 entre la banque centrale du Congo et le gouvernement avec la grande mesure de renonciation à la monétisation du déficit public. Ces recommandations ne sont pas exhaustives, indique notre source. 

Emmanuel KATERI