RDC/L. D Kabila Héros National : c’est par lui que le Rwanda a remplacé le Zaïre en tant que puissance régionale (Prof Nissé Mughendi)

La RD Congo célèbre ce lundi 16 janvier 2023 le 23e anniversaire de l’assassinat de l’ancien président congolais Laurent Désiré Kabila. Certains chercheurs comme le Professeur Nissé Mughendi Nzereka lui récuse son élévation au titre honorifique de Héros national au regard des conséquences des alliances contre nature qu’il a signé pour chasser Mobutu et accéder au pouvoir en 1998. 

Crédit photo @GeorgesK

Le Professeur Nissé Mugnedi, expert des questions de paix et sécurité dans la région des Grands-Lacs reste très critique et estime que Laurent Désiré Kabila est cette personnalité qui est entrée en rébellion contre son pays.  « Je suis très sûr que s’il a été élevé au rang de Héros National, c’est par les successeurs de l’AFDL. Si c’étaient d’autres personnes que ceux-ci, il ne pourrait pas être élevé au rang de Héros National. Lorsqu’il l’a fait, cela a été apprécié par les zaïrois parce qu’ils étaient fatigués de Mobutu.Lorsqu’on regarde ce qu’il a fait sur le long terme, c’est par lui que le Rwanda est devenu une puissance régionale.  C’est par lui et à cause de lui que le Rwanda a remplacé le Zaïre en tant que   puissance régionale. Et jusqu’à présent le Rwanda est resté cette puissance régionale »,

 

En faisant un parallélisme avec les accords signés entre le Rwanda et le régime de Tshisekedi, ce dernier agit comme président de la République alors qu’à l’époque avec son AFDL, Kabila n’exerce aucune fonction officielle.

Pour rappel, Eddy Kapend, condamné à mort dans le cadre du procès sur l’assassinat en 2001 de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, a bénéficié d’une mesure de grâce présidentielle. Condamné en janvier 2003, l’ex-aide de camp de Laurent-Désiré Kabila a passé près de 20 ans derrière les barreaux. Considéré comme un prisonnier politique par plusieurs ONG, Eddy Kapend a toujours clamé son innocence. Dans son livre, Georges Mirindi, un fugitif, accuse l’ancien Président Joseph Kabila, fils de Mzee, d’avoir commis le crime.

Georges Kisando Kisando