RDC : la lucha dresse un bilan catastrophique de la gouvernance de Tshisekedi après 4 ans de règne

Quatre ans de règne  du président Félix Antoine Tshisekedi à la tête de la RDC. Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement  (LUCHA) vient de sortir ce mardi 24 janvier, une publication  dénommée “Fatshimetrie’’dans laquelle il dresse un bilan largement négatif de la gouvernance sous Tshisekedi. Selon Bienvenu Matumo un des  concepteurs de l’ouvrage, l’objectif est de recenser « les multiples engagements du chef de l’état et l’évaluation citoyenne  de la réalisation de ces derniers » 

Ce document d’une dizaine des pages évalue les quatre ans du président Tshisekedi  sur le plan politique, diplomatique, socio-culturel et sur le plan environnemental.  Sur le plan sécuritaire et diplomatique par exemple, la LUCHA  dénonce ce qu’il qualifie de prise en otage de certaines institutions étatiques  servant de caisse de résonance pour Felix Tshisekedi et tout son gouvernement. Dans le même chapitre, la LUCHA alerte sur le probable trucage des élections prévues pour cette fin d’année.

Sur le plan sécuritaire, la Lucha estime que  les décisions prises par le Chef de l’Etat sur le plan sécuritaire ont de plus à plus aggravé la situation, à  l’occurrence, l’état de siège, la mutualisation des forces et l’avènement de la force régionale en RDC.

«Au cours de l’an 4 de de l’administration Tshisekedi, les promesses  et engagements politiques pour l’amélioration de la qualité de vie des congolais se sont poursuivis. Néanmoins les agissements des dirigeants se sont rarement alignés dans le sens de ces engagements. Au contraire, les décisions politiques hasardeuses dans certains secteurs comme celui de la sécurité ont aggravé la situation et constituent   une menace pour la stabilité de la paix dans la partie Est de la République démocratique du Congo. A la place de garantir leur bon fonctionnement, Felix Tshisekedi a renforcé son contrôle sur les autres institutions   de la République avec comme objectif principal, la prise en otage du processus électoral », a fait savoir monsieur Bienvenue Matumo, militant de la LUCHA, dans une interview accordée à La Voix de l’UCG ce mardi 24 janvier

Cette publication reprend également les cas de violations des  droits Humains : les arrestations arbitraires,  l’interdiction des manifestations pacifiques  perpétrées sous Tshisekedi. Les cas de corruption ainsi que de détournement des deniers publics par les proches du chef de l’État.

Elisha Kindy