RDC : le retrait du M23 de Kibumba, une avancée diplomatique mais aussi une solution de la poubelle qui appelle à la vigilance

Retrait du M23 de la localité de Kibumba, c’est un signe avéré des prouesses diplomatiques de la RDC. Mais Le gouvernement recours une fois de plus à une solution de la poubelle, c’est-à-dire, celle déjà expérimentée et ayant produit des résultats peu probants, indique le Professeur Augustin Muhesi, enseignant des sciences. C’est  peut-être le moindre mal car la menace qui planait sur la ville de Goma est dissipée, la crainte sur les prochaines élections également. Il convient cependant de rester vigilent.

Le gouvernement de la RDC enchaine des succès sur le plan diplomatique : les condamnations des gouvernements étrangers sur l’implication du Rwanda, la fin du régime de notification sur les armes etc. Cette solution politique à la crise du M23 va certainement appeler aux négociations soit officieuse soit en découvert indique le professeur Muhesi Mais il y devrait y avoir un certain nombre de points non négociables prévient le politologue. ‘‘ Il n’aurait pas été souhaitable qu’on arrive par exemple à une intégration massive des éléments du M23 dans les institutions congolaises, les FARDC notamment. Ça serait donné une prime aux rebelles. Il faut également que le gouvernement ne puisse pas négocier en termes d’amnistie. Ça serait reproduire les mêmes solutions. Nous sommes donc encore une fois devant l’une de nos graves erreurs : cette maladie qui consiste à tout négocier’’ rappelle le professeur Augustin Muhesi.

Par ailleurs, cette crise qui se révélait aussi comme un probable blocage à l’organisation des élections pourra être décantée. Mais il convient de rester vigilent face aux voisins rusés et leur M23. Ils pensent certainement à un plan B. Le gouvernement congolais devrait aussi être prudent et penser à un plan B ‘‘ il faut absolument de la vigilance. Les gens du M23 et leurs parrains sont des personnes rusées. Ils peuvent donner l’impression de se retirer, mais ils instrumentalisent des groupes armés locaux qui vont continuer à insécuriser la zone. Certainement qu’en décidant de se retirer, il y a un schéma B que le M23 et le Rwanda essaient de mettre en place. De la même manière, le gouvernement congolais, tout en constatant que le M23 s’est effectivement retiré, devrait aussi penser à un schéma B. et pour la RDC, le schéma B c’est refonder rapidement les forces de défense et de sécurité. C’est un défi permanent’’ croit l’enseignant de sciences politiques.

Pour le Prof Muhesi, la solution militaire pourrait apporter plus de respect et de fierté pour la RDC, hélas…

Emmanuel KATERI