RDC: négociations de Nairobi, du RCD au M23 en passant par le CNDP, plus de 24 mille éléments intégrés dans l’armée(Député Provincial Rutshuru)

Troisième round des négociations de Nairobi entre le gouvernement congolais et les rebelles, un député provincial élu de Rutshuru appelle au renforcement des capacités de l’armée. Pour le député Kakule Nzahani Elie,  les  négociations ont déjà prouvé leurs limites  surtout avec la rébellion du M23.

En principe, la paix ne se négocie pas. Voilà la réaction du député provincial élu de Rutshuru en rapport avec la réouverture des pourparlers de Nairobi sur la question sécuritaire de la partie orientale de la RDC. Dans une interview exclusive accordée à Butembo où il est en mission, Kakule Nzahani s’explique par le fait que tout a été donné au M23 et son ancêtre CNDP, mais la guerre persiste.

« Même si on négociait, qu’est-ce qu’on va encore donner? Vous savez quand on a négocié avec le RCD-Goma, c’est la même machine;avec le RDC-Goma on a plongé les tout venants,  plus de 10 mille hommes  qui sont entrés dans  notre armée. Quand on a négocié avec le CNDP on a plongé plus de 8 mille éléments avec des postes stratégiques. C’était une stratégie de tuer notre armée et notre système de défense.  En 2013, on a plongé plus de 6 mille éléments. Vous avez suivi le procès de Bosco Ntaganda, qui disait lui-même qu’il est Rwandais; vous voyez un général Rwandais au sein des FARDC. C’est une tragédie qui ne dit pas son. Oui,  négociations avec les groupes armés locaux et étrangers; mais pour  le M23 déjà qualifié de groupe terroriste,  pourquoi négocier avec eux”, explique-t-il.  

Cet élu de Rutshuru, également secrétaire fédéral du BUREC au Nord-Kivu, appelle au renforcement des capacités de l’armée pour rétablir la situation sécuritaire dans la partie orientale de la RDC. Le député Kakule Nzahani Elie dénonce au même moment les exactions des rebelles allant des exécutions sommaires, le recrutement forcé des jeunes et le pillage divers.

Georges Kisando Sokomeka