RDC : Pourquoi ne pas exporter la guerre au Rwanda et l’annexer? (Prof Nissé Mughendi)

Les velléités du Rwanda, Burundi et l’Ouganda sur la RDC sont flagrantes depuis plus d’une décennie déjà. La RDC devrait seulement annexer le Rwanda et le Burundi pour mettre fin à cette instabilité régionale. C’est la suggestion du Professeur Nissé Mughendi. Malheureusement, cette suggestion se bute à un manque de vision régionale de la RDC indique le professeur.

Dès la prise de Bunagana, la rupture des relations diplomatiques serait la première action que devrait mener la RDC. Elle ne peut être en alliance avec le Rwanda et l’Ouganda d’un côté alors que ces deux pays soutiennent le M23, de l’autre côté.  Malheureusement, la RDC tâtonne et le M23, soutenus par le Rwanda et l’Ouganda, progresse pour une raison flagrante que nous livre le Professeur Nissé Mughendi.

« Le malheur de la RDC c’est qu’elle ne s’est jamais véritablement préparée à la guerre. Depuis deux à trois décennies, elle n’investit pas dans l’armée ou dans sa défense. Et chaque fois qu’elle est surprise par une attaque, elle est prise au dépourvu. C’est ce qu’on observe depuis 20 ans maintenant et c’est ça le grand malheur de la RDC. »

Pire encore,  la RDC a été longtemps anesthésiée par des appuis éphémères, tel que la MONUSCO, alors qu’elle devrait s’en servir comme levier, ajoute l’expert des questions géopolitiques de la région.

« Dès le déploiement de la MONUSCO, la RDC devrait se dire que cette situation est provisoire et que j’investis dans mon armée ou dans la défense. Je développe une véritable politique de défense pour faire en sorte que les appuis que je reçois des forces étrangères  soient des appuis passagers. Que ça ne soit plus des appuis essentiels. C’est juste pour stabiliser la situation et permettre à la RDC de se préparer véritablement à se défendre.  Et ça n’a malheureusement pas été le cas. »

Pourtant la RDC peut voir loin. C’est-à-dire, annexer le Rwanda et le Burundi pour mettre fin à tous les défis sécuritaires régionaux, propose le professeur des relations internationales.

«   Nous n’avons pas une vision pour dire ce que dans les 20 ans, nous devrions faire pour que la RDC  domine la région. On est distrait. On se laisse attaquer  par des petits États comme le Rwanda. Mais comme beaucoup d’autres l’ont suggérés, pourquoi ne pas attaquer le Rwanda et déstabiliser ceux qui soutiennent le M23 ? Ils aiment la RDC, ils  veulent vivre en RDC, pourquoi ne pas les annexer et leur permettre  de circuler librement. De venir en RDC avec leur pays qui devient automatiquement une province. »

Car il n’est pas acceptable que la deuxième ville géopolitique du pays soit une fois de plus menacée et la deuxième route nationale entre les mains des rebelles alors que ces deux entités devraient faire partie intégrante de la politique sécuritaire nationale vue leur importance. Malheureusement, regrette le directeur du Bureau-Centre d’Etudes sur la Paix et la Sécurité BCEPS, même l’élan national citoyen est le plus souvent étouffé par les autorités que de s’en servir.

Hervé Mukulu