Procès 100 jours : « Vital Kamerhe revient libre sur la scène politique, son absence s’est fait sentir pendant longtemps »(Me Jimmy Peruzi, Cordo UNC/NK)

L’ancien Directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi a été acquitté par la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe dans le procès de l’affaire des Maisons Préfabriquées. Débarrassé de sa condamnation pour corruption et détournement de fonds, Vital Kamerhe a désormais le champ libre pour revenir dans l’arène politique, lance Me Jimmy Peruzi, coordonnateur de l’Union pour la Nation Congolaise en province du Nord-Kivu.

Il s’est confié au téléphone de La Voix de l’UCG après l’annonce de la nouvelle ce jeudi 23 juin 2022.

Vital Kamerhe, président du parti Union nationale pour le Congo en février 2010 à Bruxelles.

« C’est avec satisfaction, que nous accueillons la nouvelle. Depuis le début de ce procès, nous n’avons cessé de dire que VK était innocent. La justice vient de le laver de toutes les charges qui pesaient contre lui. Depuis le début, VK n’a jamais touché un seul dollar. VK n’a jamais volé, n’a jamais détourné. C’est donc la fin de cette histoire. Je voulais dire merci à l’ensemble de la communauté bubolaise surtout qu’elle n’a jamais douté de l’intégrité morale de VK », lance-t-il.

« VK revient libre sur la scène politique, son absence s’est fait sentir pendant longtemps », conclut le coordonnateur de l’UNC au Nord-Kivu .

Vital Kamerhe avait été condamné en première instance, en juin 2020, à 20 ans de prison et à 10 ans d’inéligibilité pour corruption et détournement dans la gestion des fonds destinés au projet des « cent jours » du chef de l’État. Cette peine avait ensuite été réduite à 13 ans de réclusion lors d’un premier procès en appel, en juin 2021.

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE