Rutshuru : les agences et organismes humanitaires appelés à s’identifier préalablement auprès du M23

 

Les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont appelé, il y a quelques jours, les organisations humanitaires désireuses de travailler dans les zones sous leur contrôle, à se faire identifier auprès d’eux avant toute action humanitaire.

Cet appel aurait été boudé par toutes les agences et organisations humanitaires ayant des projets dans la région. D’après une source locale, elles se sont déjà toutes retirées de la zone par crainte de représailles laissant derrière elles tous les projets qui étaient en cours d’exécution.

« Les organisations humanitaires ont déjà fui les zones sous contrôle du M23, tout le monde a fui. Ceux qui sont restés représentent seulement 20 % de la population et ils vivent en otage sous le joug des rebelles », fait savoir Aimé Mbusa Mukanda, notable du territoire de Rutsuru au Nord-Kivu.

Par ailleurs, selon la même source, les déplacés de guerre se trouvant dans les zones sous contrôle des FARDC  n’ont aucune assistance humanitaire. Ils traversent une situation extrêmement difficile.

« Les déplacés de guerre, plus de 500 000 déplacés, n’ont pas d’assistance sociale de la part de qui que ce soit, ni du gouvernement ni des ONG humanitaires. Kinshasa avait envoyé 40 000 dollars pour plus de 200 000 habitants. C’était vraiment insignifiant », déplore Aimé Mbusa Mukanda.

Jackson SIVULYAMWENGE