Santé publique : « des perturbateurs endocriniens comme les formaldéhydes présents dans les poissons vidjorodjoro seraient à la base des cancers à Butembo » (Dr Kalima)

De plus en plus des maladies qui étaient rares dans notre milieu comme les cancers, les diabètes, les problèmes d’infertilités deviennent courants. Cela est du au fait que nous consommons des substances dit perturbateurs endocriniens, parfois à notre insu. Car ils sont présents dans notre quotidien. Docteur Kalima, médecin interniste à l’hôpital de Matanda et enseignant au sein de la faculté de médecine à l’Université Catholique du Graben, a développé ce thème au cours d’une conférence scientifique tenue le samedi 20 mars à Butembo avec l’appui de la firme pharmaceutique ARAUPHAR. Voici le deuxième épisode des reportages consacré à ces exposés hautement scientifiques.

Avec pour thème, l’environnement et la santé humaine : exposition humaine aux perturbateurs endocriniens, Docteur Kalima, a tenu à expliquer en termes simples ce que l’on attend par perturbateur endocriniens.

« Ce sont des substances qu’on retrouve pratiquement dans notre vie de tous les jours, dans les aliments, dans les boites de conserve, dans les boites de maquillage, dans les laits de beauté,…ces substances quand nous les consommons ou appliquons sur notre corps, ca détruit petit à petit  l’organisation de notre corps. De sorte qu’il y a maintenant des pathologies dont on ne connait pas l’origine. On essaie de croire que ce sont des causes lointaines alors qu’elles sont dues à des causes avec lesquelles nous vivons. »

Au cours de son exposé, docteur Kalima a fait remarquer que les maladies comme le cancer, le diabète, des avortements sont de plus en plus fréquents au sein des populations pauvres. Alors que l’on pensait que c’était des maladies réservées à une certaines classe aisée. En cause, ce serait, par exemple, le formaldéhyde, une substance qui sert de conservant pour les os des poissons dit « Vidjorodjoro » que plusieurs familles consomment en ville de Butembo.

« Dans les fameux Vidjorodjoro, il y a une substance qu’on met là-dedans pour conserver ou protéger ces os de poissons, des substances qu’on appelle formaldéhydes. Si vous lisez bien, ce sont des substances à la base des cancers. Et aujourd’hui à Butembo, il y a toute sorte de cancer. On ne sait pas d’où ca vient. Ces formaldéhydes seraient même à la base des cas de diabète sucré que nous sommes entrain de voir, des avortements involontaires devenus courants dans la ville… »

Ainsi Docteur Kalima appelle la population à la prudence. Il faut lire les composants qui se trouvent dans les produits avant de le consommer. Au besoin, il faut référer aux spécialistes pour avoir des précisions conseille-t-il.

A lire aussi:

Malgré sa forêt, les conséquences du changement climatique sur la santé humaine se sentent au Congo de plus en plus ( Sorel Wasukundi)

HERVE MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE