Société : Les insectes supposés mystérieux vus à Beni sont naturels. Il faut cependant des études pour rassurer les habitants (Prof Charles Valimunzigha)

Présence à Beni des insectes qu’une certaine opinion qualifie de mystérieux, le professeur Charles Valimunzigha, directeur  du Centre de Recherches Agronomiques et Vétérinaires du Graben CERAVEG apaise. Ces insectes non encore bien identifiés seraient des cochenilles ou d’autres insectes en métamorphose ? Et l’image publiée correspond à une phase de leur croissance indique-t-il.

Même si les études n’ont pas encore été faites, il y a lieu d’affirmer que les images qui circulent dans les réseaux sociaux n’ont rien de surnaturel. ‘‘ C’est naturel. Sur l’image que nous voyons, on ne sait pas bien identifier le stade d’évolution. Les insectes connaissent des métamorphoses. Il peut arriver que cette forme-là corresponde à un stade de leur croissance. Par exemple la phase de la nymphose.  Et puis, il pourrait s’agir d’un insecte appartenant au groupe des cochenilles.’’

Il se peut même que ce n’est pas la première fois que cet insecte est visible dans la contrée. Et si après des études, les témoignages que le professeur Charles a recueillis sont confirmés, ‘‘il pourrait s’agir des insectes qui étaient à l’origine d’une maladie virale des papayers mais qui n’a rien à faire avec la santé humaine.’’

Le Professeur Ordinaire Charles Valimunzigha donne conseil à ceux qui ont des contacts avec des cultures des champs infestés. ‘‘ Si vous voyez certains légumes qui portent ces insectes, il faut les nettoyer. Même avec l’eau chaude, il n’y a rien à s’inquiéter. Si on pulvérise avec l’insecticide, on va éliminer l’insecte. Mais vous savez avec les insecticides, on doit observer une période. C’est la période de rémanence de l’insecticide sur les légumes. Effectivement pendant cette période, la matière active qui s’attaque aux insectes peut causer du tort à celui qui va consommer ces légumes.’’

Le doyen honoraire de la faculté des sciences agronomiques de l’UCG note que la nature de cet insecte devrait être bien définie si une équipe des chercheurs et des agriculteurs est déployée sur terrain. Entre temps, il n’y a aucune raison de paniquer car les photos montrent quelque chose de naturel.

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE