UCG : Défense d’un mémoire de spécialisation dans le cadre du consortium universitaire pour le 3ième cycle en médecine UCG-UNIGOM-UOB, voici ce qu’on peut en retenir

L’occlusion intestinale aiguë est une urgence médico-chirurgicale fréquente dans notre milieu et entraîne une mortalité élevée. Et la première recommandation c’est de consulter de temps en temps quand on n’a plus de sel, avec une douleur de ventre et qu’on a un ballonnement de ventre. C’est en tout cas ce que nous retenons de la première défense de mémoire de spécialisation en médecine qui a eu lieu ce 10 août 2022 à l’Université Catholique du Graben.

Cette défense a été ouverte par l’appel à observer une minute de silence en mémoire de feu Dr Mumbere Muhesi, ancien doyen de la faculté de médecine de l’UCG. Elle a été suivie de l’allocution du coordonnateur du consortium universitaire pour le 3ième cycle en médecine réunissant l’Université Catholique du Graben, l’Université de Goma et l’Université Officielle de Bukavu. Le Professeur Dr Tsongo Kibendelwa a également présenté le candidat, Dr Kabuyahia Kamenge Emmanuel.

Dans sa présentation, le candidat a commencé par une définition de l’occlusion intestinale aiguë, qu’il explique comme étant un arrêt complet et persistant du transit intestinal. Cette pathologie qui entraîne une mortalité élevée concerne le monde entier, tous les âges et tous les sexes, a-t-il indiqué.  Il revient ici sur les causes des occlusions intestinales aiguës. ‘‘ Il y a des causes dites mécaniques, ici l’obstacle est identifiable. Ça peut être une masse, ça peut être une déformation qui bouche l’intestin. La cause peut être aussi fonctionnelle. C’est-à-dire ici, c’est la fonction qui disparaît. L’intestin se comporte comme une structure paralysée. Et quand l’intestin est ainsi paralysé, rien ne peut le parcourir. C’est pour cela que quand il y a bouchon, on va parler d’une occlusion mécanique, et quand il y a paralysie, on parle d’occlusion fonctionnelle.’’

La nature de ces occlusions ne permet pas de les prévenir efficacement indique Dr Kabuyahia.

Et pour une meilleure prise en charge, l’impétrant a formulé plusieurs recommandations. Entre autres, éviter tout retard dans la prise en charge en consultant dans les 48h après les premiers signes, une réanimation préopératoire efficace… A l’issue de la défense, le jury a proclamé le résultat. Mémoire déclaré recevable et sanctionné par la mention distinction.

Une défense de mémoire de spécialisation aux allures d’une défense de thèse, au regard de la pertinence du travail défendu, de la carrure du candidat sans parler du méticuleux jury. Il était composé du professeur Emérite Wembonyama Okitotsho Stanis, de l’Université de Lubumbashi, le Professeur Emérite Ahuka Ona, de l’Université de Kisangani, le Professeur Ordinaire Uwonda Akindja de l’Université de Mbuji-Mayi, promoteur de ce mémoire, le Professeur Ordinaire Tsongo Kibendelwa de l’Université de Kisangani et le Professeur Barhwamira Kabesha Théophile, de l’Université Officielle de Bukavu.

Emmanuel KATERI 

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE