UCG : Une toute première thèse en médecine à l’UCG, voici son condensé

L’hydrocéphalie est un problème fréquent dans notre région et constitue un fardeau au niveau médical et psychosocial. 23 pourcents des malformations congénitales dans notre région sont dues à cette pathologie. C’est l’une des idées à retenir de la soutenance de la toute première thèse d’agrégation en médecine à l’Université Catholique du Graben UCG. Dr Claude Kasereka Masumbuko a démontré que la chirurgie diminue la mortalité chez ces enfants avec hydrocéphalie.

Dr Claude Masumbuko couronné agrégé en médecine avec mention la plus grande distinction à l’issu de la défense de sa thèse en médecine a d’abord mentionné que l’hydrocéphalie désigne une augmentation du volume de liquide céphalo-rachidien. Ce liquide circule dans le cerveau et joue un rôle clé dans la protection de la sphère neurologique, indique-t-il. Ceci est à l’origine d’une augmentation considérable de volume de la tête soit à la naissance soit au cours du développement. La conséquence c’est la  compression des structures du cerveau. Le Dr Claude mentionne que l’hydrocéphalie est un fléau dans notre région. ‘‘ A Butembo nous avons trouvé que c’est plus de 23 pourcents des malformations que nous soignons. Ça fait presque 10 ans que nous combattons les malformations, nous sommes au front pour essayer de prévenir et de soigner ces malformations et nous avons constaté que les cas d’hydrocéphalie sont en augmentation. Dans l’ensemble de ces malformations l’hydrocéphalie représente 23 pourcents. Nous devons agir sans relâche.’’

Les données de cette thèse ont montré que la chirurgie diminue la mortalité chez ces enfants avec hydrocéphalie. Ses résultats  indiquent qu’il est possible d’améliorer la survie des enfants hydrocéphales dans notre contexte à ressources limitées. Le Dr Masumbuko mentionne cependant que l’infection pose un réel défi avant et après la chirurgie. D’où son plaidoyer pour que prenne fin dans nos communautés la stigmatisation des femmes qui ont des enfants hydrocéphales. ‘‘ Nous pensons qu’une implication de la communauté pour combattre la stigmatisation de ces dames qui souffrent nuit et jour pour prendre en charge ces enfants est importante. Ces femmes-là doivent être couronnées. Elles ne sont pas fautives pour que ces enfants naissent avec des malformations. Elles doivent plutôt être couronnées pour le travail qu’elles font pour ces enfants. Les isoler, les repousser dans la stigmatisation c’est comme un crime’’ juge le désormais Dr en thèse.

La pauvreté reste un des obstacles à la chirurgie, a noté Dr Claude. La gratuité des soins pour ces enfants aiderait pour lever cet obstacle à la chirurgie, suggère-t-il. En outre, ces enfants bien que opérés ont un retard neuro développemental important comparés aux enfants sains. Il faudra donc mener d’autres études pour comprendre les raisons de ce retard et le traitement devra être multidisciplinaire en y incluant des physiothérapeutes et des relais communautaires.

La thèse de doctorat de Dr Claude Masumbuko est «  Hydrocéphalie chez l’enfant à Butembo : prise en charge, neuro développement, connaissances des mères et perceptions par la communauté. »

Elle a pour promoteur le professeur Michael Thomas Hawkes de l’Université d’Alberta au Canada. Et pour co-promoteur, le Professeur Stanislas Wembonyama. Le jury composé d’éminences grises venues des universités de la RDC et d’ailleurs a couronné Dr Claude Masumbuko Agrégé de médecine avec mention La plus grande distinction.

Sachez qu’avant la défense de sa thèse, Dr Claude a fait une lecon publique sur un thème intitulé « Tuberculose de la jonction cervico vertébrale. »

Emmanuel KATERI