Visite du Roi des Belges : la RDC peut en profiter pour faire entendre sa voix contre l’agression Rwandaise (Prof Nissé Mughendi)

Le roi Philippe de la Belgique et la reine Mathilde son épouse feront leur première visite officielle en République Démocratique du Congo à partir de ce lundi 6 juin 2022. Une opportunité que peut saisir la RDC pour faire entendre sa voix dans un contexte de crise de son agression par le Rwanda à travers le M23. C’est l’analyse du Professeur Nissé Mughendi Nzereka spécialiste des questions de géopolitique, de paix et sécurité.

Pour le chercheur, la Belgique a toujours été consultée par les Etats Unis, l’Union Européenne et les autres États, sur les questions qui touchent la RDC dont elle se prévaut être experte. La RDC, si elle est cohérente, peut profiter de cette posture de son ancienne puissance coloniale pour porter sa voix contre l’agression de son territoire par le Rwanda, estime le Professeur Nissé Mughendi.

« Si la RDC arrive à convaincre la Belgique de la pertinence de ses propos, la Belgique va être effectivement le porte-parole de la RDC auprès de l’Union Européenne. Ça peut être bénéfique, mais il ne faut pas qu’on s’arrête à des déclarations.  Il faut appuyer les déclarations de politique étrangère par des gestes qui montrent qu’on est cohérent, qu’on est prêt à n’importe quelle solution,  y compris la solution militaire pour défendre nos vrais intérêts. Et c’est dans ce sens-là que j’appelle le gouvernement congolais à la cohérence. Si on a eu l’occasion d’avoir des preuves de son agression, il ne faut pas que le gouvernement congolais s’amuse à minimiser ces preuves-là et ces prouesses.  Attraper des soldats rwandais sur le sol congolais c’est quand-même des prouesses, ça n’arrive pas tous les jours. C’est pour cela qu’il faut rester cohérent et éviter de nuire à la cohésion nationale avec la diplomatie de circonstance avec le Rwanda, on prétend qu’il faut lui remettre ses deux soldats parce qu’on ne veut pas de problème avec lui alors que la population est contente que la RDC ait eu des preuves », explique le chercheur.

Pour rappel, Denis Sassou-Nguesso, président de la République du Congo a fait savoir dimanche 06 juin que tout doit être mis en œuvre pour que la paix revienne entre la République Démocratique du Congo et la République du Rwanda. Le président du Congo l’a déclaré lors d’un point de presse avec son homologue de la RDC à l’occasion de la clôture de la visite de travail de deux jours de Félix Tshisekedi au Congo.

Félix Tshisekedi a profité de cette visite de travail pour lancer un message à son homologue du Rwanda, selon lequel, la recherche de la paix et de la solidarité ne doit pas être considérée comme une faiblesse. Le président Tshisekedi a dit espérer que le Rwanda a retenu la leçon.

 

Georges Kisando Sokomeka