Environnement : La RDC vice-championne de la déforestation après le Brésil. Lamentable. (Global Forest Watch)

Environnement : La RDC vice-championne de la déforestation après le Brésil. Lamentable. (Global Forest Watch)

Alors que l’Indonésie ensemence les nuages pour faire pleuvoir et empêcher de potentiels incendies destructeurs, le rapport du Global Forest Watch, publié mardi 2 juin, dresse un bilan peu encourageant de l’état des forêts tropicales mondiales.

En 2019, les forêts tropicales ont perdu 12 millions d’hectares, dont un tiers de forêts primaires, humides, c’est-à-dire qu’en un an, la planète a perdu l’équivalent d’un terrain de football de forêt toutes les 6 secondes. Or ces forêts sont à la fois nécessaires pour stocker le carbone de l’atmosphère, et riches en faune et en flore sauvages. Cette disparition des forêts, qu’elles aient été brûlées ou coupées, équivaut à quasiment 2 milliards de tonnes de CO2 émis dans l’atmosphère. C’est comme si on avait fait rouler 400 millions de voitures pendant un an. « Nous sommes inquiets que le taux de perte soit aussi élevé, en dépit de tous les efforts faits par différents pays et entreprises pour réduire la déforestation », s’alarme Mikaela Weisse, qui coordonne le Global Forest Watch, une plate-forme en ligne qui renseigne l’état des forêts, pour le compte du think tank américain World Resources Institute (WRI). En 2019, le champion de la déforestation est sans conteste le Brésil,avec au moins 1,4 million d’hectares, dont un tiers de forêt primaire. Le géant latino-américain est suivi par la République démocratique du Congo, avec 475 000 hectares, l’Indonésie (324 000 hectares) et la Bolivie, où 300 000 hectares sont partis en fumée l’an passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *