Butembo : la création d’un fonds urbain d’éducation en faveur des jeunes excellents est une nécessité (Prof Kavuya/Recteur ULPGL)

Le Professeur Jeannot Kavuya, recteur de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs, ULPGL Butembo plaide pour la création  d’un fonds communautaire  pour l’éducation en faveur des jeunes. Pour cet expert en agronomie et développement, il est anormal que plusieurs  jeunes qui obtiennent d’excellentes notes   arrêtent les  études faute des moyens.

La réflexion est lancée par le Professeur Jeannot Kavuya  qui travaille sur l’élaboration d’un plan urbain de développement  de la ville de Butembo. Pour lui, le mieux être collectif passe aussi par la promotion de l’éducation.

« Il y a des fois, nous sommes en face des enfants très intelligents mais qui n’ont pas assez des moyens pour  poursuivre les études. Un garçon qui obtient 80% en biochimie, en mathématique mais s’arrête faute d’argent.   Par  exemple on peut  se dire d’une manière consensuelle que chaque boutique, chaque commerçant donne un ou cinq dollars pour créer un fonds dont la gestion peut être  confiée à la FEC urbaine. On peut fixer  des critères de sélection des bénéficiaires d’un tel fonds », explique le Professeur Jeannot Kavuya.

Retenez que le plan de développement urbain de Butembo, selon, l’esprit du Professeur Kavuya, est un document consensuel qui reflète le modèle de développement de Butembo dans les dix prochaines années.

« Le plan urbain de développement aura à répondre à des défis de tout genre, liés à    la qualité des milieux de vie ; le dynamisme économique et social ;  les défis liés à l’environnement  au paysage et du patrimoine ;  sans oublier le défis de la connectivité et de la mobilité » explique Jeannot Kavuya.

« Considérant aussi que c’est un plan qui donne les grandes lignes de développement et tout autorité urbaine qui arrive trouve qu’il existe un rêve commun de développement de tous les bubolais comme chanté dans l’hymne, la bubolaise », ajoute-il.

 

Le  Professeur est déjà en discussion avec d’autres acteurs de la ville de tout les serviteurs, les enseignants, les médecins, les taximan, les mamans vendeuses des produits alimentaires et tous les acteurs de la société pour enrichir la mouture du plan urbain de développement.

Georges Kisando Sokomeka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *