Butembo : les étudiantes de l’UCG ont célébré le mois de la femme à travers une exposition multiculturelle

La fête du 08 mars commémorant les droits de la femme a été célébrée avec faste ce 13 mars à l’Université Catholique du Graben. La spécificité cette année, c’était l’exposition des diverses valeurs culturelles. Shi, Mbala, Nandé et autres ont parlé de ce que sont leurs cultures. Très bel exercice de multiculturalité et de diversité ethnique dans l’unité académique autour de la seule alma mater, l’Université Catholique du Graben. C’est une activité pas comme on en voit chaque jour le monde étant devenue un village planétaire. Les filles de l’UCG visaient à travers cette activité à découvrir diverses cultures en vue d’un plus grand épanouissement des uns et des autres expliquent les organisatrices.

Adassa Kapita est une femme Mbala, originaire du Bandundu au village de Masimanimba, à l’Ouest de la RDC. Etudiante en médecine, elle témoigne d’une intégration réussie à l’UCG. Parlant de sa culture, Adassa Kapita reconnait que comme la plupart des cultures, la sienne a des points forts et des points faibles en ce qui est de la promotion de la femme. Elle revient ici sur certains traits culturels mbala.

« Une femme Mbala est une femme cultivatrice. Elle ne va pas à l’école  et ne fait rien d’autres. C’est une obligation pour elle. Une autre obligation c’est la soumission. Chez nous la femme doit aussi accepter la polygamie. Si tu es la première  on peut  t’obliger  d’accepter une 10e épouse sans moindre opposition. Et le divorce chez les Mbala est prohibé », explique-t-elle.

Adassa Kapita mentionne que dans le combat pour les droits de la femme, certaines valeurs culturelles peuvent être justifiées alors que d’autres ne promeuvent pas la femme. L’activité de ce mardi a également été caractérisée par de la musique diversifiée, de la danse traditionnelle des diverses cultures et un barbecue pour lier l’utile à l’agréable.

Emmanuel Kateri