RDC : La corruption, la mauvaise politique fiscale, l’asphyxie de l’entrepreneuriat et l’insécurité parmi les causes de la pauvreté selon Kennedy Musubao

Cette période d’élaboration et de discussion du budget de l’Etat pour l’année 2022 devrait être un moment privilégié pour les députés nationaux et le gouvernement de penser au social de la population qui croupie dans la pauvreté. Avis du Chef de Travaux Kennedy Musubao à l’occasion ce 17 novembre de la journée mondiale de la pauvreté. 

Alors que le peuple croupi en grande partie dans la misère, il est regrettable de voir que dans le projet de budget 2022, la plus grande part est allouée au fonctionnement des institutions. En effet, au moins 38 % sont réservés au fonctionnement des institutions. Pourtant, la population congolaise vit en dessous du seuil acceptable dans une pauvreté indescriptible regrette Kennedy Musubao, doctorant en sciences économiques, spécialiste des questions de développement.

‘‘ Surtout en cette période cruciale pendant laquelle le budget est discuté au parlement, les députés qui sont les représentants du peuple, devraient convaincre le gouvernement d’orienter son attention vers le social du peuple, vers la réduction de la pauvreté, vers l’entrepreneuriat. On voit par exemple que les institutions elles seules prennent 38 pourcents du budget. Et combien pour le reste ?’’ S’interroge cet enseignant à l’Université Catholique du Graben.

Occasion pour lui de dénoncer la corruption devenue endémique au pays, loin de créer des conditions pour espérer à la réduction de la pauvreté. Même le financement extérieur visant la réduction de la pauvreté n’arrive pas en destination déplore t-il.

‘‘ Ils mobilisent tous les moyens possibles, y compris les ressources extérieures et recourent aux bailleurs de fonds, en se cachant derrière cet objectif de réduction de la pauvreté. Et après qu’ils aient mobilisé ces fonds, faute de bonne gouvernance, on va observer des détournements, corruption… et l’objectif de réduction de la pauvreté n’est pas atteint.’’

Pire encore, l’entrepreneuriat au lieu d’être promu, il est asphyxié par une politique fiscale hostile à la réduction de la pauvreté regrette Kennedy Musubao en cette semaine mondiale de l’entrepreneuriat.

‘‘ On peut vouloir créer une petite entreprise. Mais comment accéder au financement ? Et quand bien même vous arrivez à mettre en place cette entreprise ou votre petite unité de production, vous attirez tous les services, des vrais comme des faux, ils vous asphyxient et vous fermez vos portes.’’

A tout ceci s’ajoute l’insécurité déplore le CT Kennedy. Selon lui, la pauvreté est le fait pour un individu, une famille ou une communauté de ne pas être capable de satisfaire ses besoins élémentaires.

Emmanuel Kateri

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE