Scandale au Nord-Kivu : Commandants et officiers logés dans des hôtels, loin des lignes de front, dénonce la société civile

Interpeller le porte-parole du gouvernement congolais, Monsieur Patric Muyaya, et le ministre de la Défense nationale, Monsieur Jean-Pierre Bemba, pour avoir minimisé et banalisé le calvaire des massacres que traverse le peuple du Nord-Kivu depuis plus de trois décennies est l’une des recommandations adressées au Président de la République et au Président de l’Assemblée nationale. Cette déclaration est issue d’une réunion tenue ce samedi 18 mai 2024 par les coordinations de la société civile des territoires de Beni, Lubero, Rutshuru, la ville de Beni, Butembo, Goma, les noyaux de Kishishe et les groupements de Bambu et de Beni.

 

Cette réunion avait pour objectif de discuter de la situation sécuritaire actuelle de la province du Nord-Kivu. Après la réunion, la situation a été jugée chaotique dans toute l’étendue de ces entités précitées. Ainsi, ces coordinations de la société civile dénoncent et condamnent l’inaction flagrante des services de défense et de sécurité, car l’insécurité ne cesse de s’aggraver au lieu d’être maîtrisée.

La société civile signale avec beaucoup d’amertumes que certains commandants et officiers sensés être permanemment sur les lignes de front se retrouvent dans des hôtels et résidences privées louées à plus d’environ 20 km du champ de bataille.

De tout ce qui précède, les coordinations urbaines de la société civile forces vives de Butembo, Beni, Goma, les territoires de Lubero, Rutshuru, Beni, Kishishe, Bambu recommandent ce qui suit.

Au Gouvernement national :

1. Au Commandant Suprême et garant de la Nation Congolaise :

  • De lever l’état de siège et que l’armé se concentre vers les opérations militaires tout en abandonnant l’affairismes multi sectoriel accès sur les carrés miniers, les bois, les cacaos, etc ;

2. Au Président de l’Assemblée Nationale :

  • D’interpeller le Porte-Parole du Gouvernement Patrick Muyaya et le Ministre de la défense Nationale Jean-Pierre BEMBA qui dans leurs dernières déclarations ont minimisés et banalisés le calvaire de massacre de plus de Trois décennies que traverse la population du Grand Nord-Kivu et la Province voisine de l’Ituri ;

3. Au Chef d’Etat-major :

  • De procéder au changement des officiers anciens rebelles issus du mixage et brassage, dans le commandement de troupes dans les zones en guerre ;
  • De punir sévèrement tous ces officiers véreux, qui ne passent pas nuit aux différentes lignes de front dans la zone ;

4. Au Gouverneur militaire du Nord-Kivu

  • De revoir sa décision d’exonération de l’Honorable Bahati LUKWEBO, qui est au détriment du trésor public. Ladite exonération irait mieux pour tous les opérateurs économiques dans les zones en guerre.

Au cours de cette réunion, la population a été appelée à rester vigilante en cette période difficile et à être à l’écoute concernant le non-paiement des impôts et taxes, dont la date sera communiquée d’ici quelques matins par la coordination des sociétés civiles réunies pour la cause.

Georges Kisando et Julienne Muhima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *