Butembo : au lieu de bénéficier des allégements fiscaux, les commerçants dénoncent la surtaxation de la DGI

Les opérateurs économiques œuvrant au sein de la Gélérie Tsongo Butumbo, l’un des grands espaces de commerce de la place, ont séché les activités ce mardi 20 septembre 2022. A la base, protester contre les tracasseries fiscales de la Direction Générale des Impôts, DGI Butembo.

Les manifestants et manifestantes, une centaine, ont manifesté sur le Boulevard Président de la République jusqu’au bureau de la DGI où un mémorandum a été lu devant les responsables de cette régie financière. Ils ont fustigé le comportement des agents de la DGI qui s’illustrent par des actes préjudiciables au climat des affaires.  Une situation aggravée par l’insécurité à la base de la paupérisation des zones rurales qui constituent pourtant le réservoir des capitaux qui alimentent Butembo.

« Le Nord-Kivu et l’Ituri seraient normalement déclarés zones sinistrées. Toutefois, sans nous baser sur ces paramètres-là, nous continuons à payer l’impôt normalement   sans réduction pour votre part car le climat des affaires actuel nécessite une réduction fiscale à notre faveur », explique le mémorandum.  

Les manifestants menacent de durcir leur mouvement si la DGI ne revient pas sur ses mesures.

« Au cas où vous demeurez dans cette logique de mobilisation des recettes, nous allons vous opposer dans l’avenir un refus catégoriquement de ne pas nous soumettre au paiement de l’impôt bien que ceci étant un devoir civique. Pour cela nous disons non à vos notes de perception dénommées Contrainte Commandement du 22 juillet 2022 que vous avez lancé dans nos boutiques comme des bombes atomiques pour asphyxier davantage l’économie de Butembo », ajoute le document.

Retenez que les opérateurs économiques s’opposent à la présentation du tableau synthèse, désormais exigé par la DGI Butembo. Plusieurs d’entre eux ont été sommés pour abus de régularisation pour minoration de l’impôt sur le revenu, IPR, d’autres encore, selon leur propre terme, sont soumis au paiement abusif de l’impôt sur le bénéfice et profit.  Après le bureau de la DGI, les manifestants se sont rendus à la mairie pour présenter leur mémorandum à l’autorité urbaine. Celle-ci a promis le catalyser  auprès de sa hiérarchie.  Retenez que c’est en début d’après-midi que les portes de la GTB ont rouvert normalement. 

Georges Kisando Sokomeka