Butembo-catastrophe : Erosion et inondations dues à l’imperméabilisation, le prof Sahani propose certaines solutions

La série chronologique des périodes pluvieuses dans la région de Butembo démontrent que c’est la même quantité d’eau qui s’abat sur la ville régulièrement meme s’il y a une diminution du nombre des jours de la période pluvieuse. C’est en tout cas ce qu’explique le Professeur SahaniWalere, expert en gestion des catastrophes naturelles. Il s’est ainsi exprimé ce mardi 12 octobre 2021 à l’occasion de la journée internationale de la lutte contre les catastrophes naturelles. Selon lui, les dégâts dus à la pluie sont causés par l’imperméabilité du sol accentué par l’urbanisation. Ce qui demande des solutions qui allient les dimensions physiques et les dimensions sociales.

Les catastrophes naturelles sont de plusieurs ordres. Néanmoins, les inondations avec une intensité croissante en ville de Butembo sont d’origine anthropique. Il s’agit de l’urbanisation qui entraine l’imperméabilité du sol enchemisant l’eau vers les débits de pointes, explique Professeur Sahani, directeur du Génie Conseil en Aménagement du Territoire et Gestion des Risques Naturels, GcATGRN.

« Au fil des ans, le volume d’eau qui tombe sur la ville n’a pas beaucoup changé. Au contraire, il révèle une diminution en termes de nombres des jours. En appréciant  la lame d’eau qui tombe sur la ville, elle est presque restée la meme. On pourrait dire que les inondations d’une grande ampleur  aujourd’hui dans la ville de Butembo seraient spécifiquementliées à l’imperméabilisation des sols.  Par ce que si on tient compte de la dynamique actuelle des végétations, on se rend-compte d’une intensification des bâtis à l’intérieur de la ville. Ce qui conduit les eaux de pluie directement ver les débuts de pointe », explique l’expert en gestion des catastrophes naturelles.

Dans cette situation, les routes ne doivent pas jouer les rôles des connectivitéshydrauliques des bassins versants, conseille-t-il. Il propose certaines solutions en prévenant du risque des puits perdus sur les pentes.

« L’unité d’intervention est le bassin versant. Il faut circonscrire les zones en fonction des bassins versants et proposer des solutions palliatives se répercutant sur l’ensemble du  bassin versant notamment certaines actions comme l’enherbement des espaces urbain en plantant la pelouse dans nos parcelles. », propose-t-il avant de souligner que : « Sur les pentes ce n’est pas vraiment prudent de faire les puits perdus, les trous qui vont accumuler une certaine quantité d’eau. Parce que le plus souvent on a une roche assez dur et que si jamais il y a une grande quantité d’eau qui brise l’équilibre, cela peut être à la base des grandes catastrophes », ajoute le Professeur Sahani.

Le GcATGRN mène des études sur la modélisation des risques hydrologiques en ville de Butembo en cartographiant toute les têtes d’érosion enfin des proposer des solutions idoine. Un travail qui devraient avoir l’appui des autorités locales car les scientifiques proposent des solutions idoines qui demandent une exécution par les autorités habilités.

HERVE MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE