Nord-Kivu : au stade actuel un guéri d’Ebola ne représente aucun danger pour la communauté

Le  vainqueur d’Ebola peut faire ce que tout autre personne  fait rassure Docteur Mumbere Muyisa Scoda, coordonnateur terrain du programme de suivi des guéris d’Ebola et chargé de la recherche clinique au niveau du site de Butembo et ses environs.

Le programme de suivi des guéris d’Ebola continue  pour des raisons cliniques chaque patient étant unique. En plus la prise en charge est multisectorielle, a fait savoir Dr Muyisa dans une interview accordée ce lundi 14 septembre 2020 à La Voix de l’UCG.  

« Jusqu’à présent un guéri d’Ebola n’a pas de problème. Il faut qu’il soit accueilli dans la communauté sans discrimination. Parce qu’il ne peut amener aucun problème dans la société d’autant plus que le suivi que nous faisons est complet. Nous éduquons les guéris par rapport à leur situation ; ce qu’ils peuvent faire et ce qu’ils ne peuvent faire ; et comment le faire. Certaines séquelles peuvent paraitre chez un et non chez un autre car chaque guéri est un cas spécifique», explique   Docteur Mumbere Muyisa Scoda.

En cas de réticence, le service de suivi délivre un certificat spécial souligne Docteur Mumbere MuyisaScoda : « S’il a toujours de résistance après avoir informé qu’il n’y a aucun problème, nous pouvons délivrer un certificat spécial pour montrer que notre guéris est sain, et qu’il peut se marier par exemple. »

Le programme de suivi des vainqueurs d’Ebola est passé de 12 à 18 mois. Pour le site Butembo, plus de 450 guéris respectent régulièrement leurs programmes de suivi. Ce qui permet de réassumer qu’ils sont inoffensifs à la société.

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE