Baisse des prix du cacao de 8 à 2 $ à Beni : des acteurs locaux de l’industrie du cacao grincent les dents

Le prix du kilogramme de cacao a considérablement chuté sur le marché dans la région de Beni. Il est passé de 8 à 3, voire 2 dollars américains. Cette baisse drastique du prix du cacao suscite des inquiétudes parmi de nombreux acheteurs de ce produit, affirmant avoir subi des pertes financières.

Le président national des explorateurs du café et du cacao attribue cette chute à la surproduction mondiale de ce produit par les principaux pays producteurs, ainsi qu’à l’instabilité politique au pays. Kasereka Kamabu, un acheteur de café et de cacao au marché central d’Oïcha, exprime son étonnement face à cette baisse des prix. Il souligne que cette déflation survient brusquement, alors qu’ils achetaient récemment le cacao à près de 10 dollars le kilogramme. Pour préserver les capitaux, il en appelle à une intervention urgente des autorités compétentes.

“Le prix du cacao a vraiment baissé. Nous souffrons. Jusque-là, nous ne savons comment nous allons faire, parce que nous avons acheté ce produit très cher. Aujourd’hui, le cacao pouvait même se négocier à 6 000 FC. Mais, ceux qui ont encore l’argent en mains font l’achat à 10.000 FC. Nous souffrons vraiment. Il faut que le gouvernement nous aide”, a-t-il plaidé.

 

Selon Kakule Munzenda Benjamin, président national des exportateurs de café et de cacao en RDC, la baisse des prix est due à la surproduction mondiale par les principaux pays producteurs, ce qui influence le prix sur le marché mondial. Il ajoute que la fixation du prix du cacao ne dépend pas d’une société en particulier, mais plutôt de la production d’un pays sur le marché international.

“Le marché du prix est volatile et est soumis à différentes tendances. Les hausses et les baisses du prix sont notamment dues aux instabilités politiques, au déficit lié aux conditions météorologiques. Nous savons bien que le Ghana et la Côte d’Ivoire sont là les grands pays qui exportent le cacao au marché international. Maintenant, quand il y a problème au niveau de ces pays, il y a un impact sur le marché international”, a-t-il expliqué.

Munzenda Benjamin fait savoir cependant que les sociétés de production de la région de Beni mettent annuellement 90 mille tonnes de cacao sur le marché mondial.

Bradeau Victor Nganga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *