Butembo : journée sans taxi, un calvaire pour les habitants

La première journée sans taxi moto a été un véritable casse-tête pour les habitants de Butembo. Des commerçants aux étudiants, passant par les agents dans des services étatiques et para-étatiques, tout le monde appelle les taximen à revoir leurs mesures.

De la rue Kinshasa à la rue d’ambiance après une marche sur la grand-route au niveau du centre-ville, pas de taximan rencontré en activité. Une situation qui met en mal des commerçants. Rencontré dans une fleuristerie sur avenue de l’église, l’un d’eux explique que le déplacement des marchandises pose aussi problème.

 « Les taximen ne servent pas seulement pour le transport des personnes, ils déplacent également nos marchandises. Quelqu’un qui a déchargé ses marchandises qui exigent la moto pour le transport, cela crée un manque à gagner pour nous. Cette situation perturbe nos activités et on a plus cette rapidité de déplacer une personne ou les marchandises » a-t-il laissé entendre.

Continuant la marche sur le boulevard Joseph Kabila, nous rencontrons un homme suant non loin du rond-point Malumalu. Il est stagiaire à la REGIDESO et est en retard à son lieu de stage. Il invite les taximen à remettre les pieds sur terre.

 « L’absence des taximen complique les choses. A cette heure je devais déjà être au bureau mais vous voyez vous-même comment j’ai déjà sué. C’est une situation difficile que nous vivons aujourd’hui. Que les taximen remettent les pieds sur terre et voient comment reprendre les activités parce que ça nous fait mal nous autres », a lâché ce jeune stagiaire à la REGIDESO Butembo.

Pour cet étudiant arrivé en retard sur son site universitaire, il n’est pas normal pour Butembo d’avoir une journée sans taxi moto.

«  Je suis arrivé au site universitaire avec retard tellement que je n’avais aucune information sur l’absence des taximen sur la route. Vraiment ça nous impacte négativement. On ne sait pas si ça va aller jusqu’à quel jour. Il est anormal que toute une ville soit sans taxi toute une journée » a-t-il expliqué.

Selon le communiqué des structures des taximen, les journées sans taxi visent à exiger la paix dans la région, elles sont aussi dédiées à la mémoire des taximen décédés dans les circonstances d’insécurité et réclamer la réduction du prix du carburant.

Ismaël Kabuyaya Kisokolo

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE