Butembo/UCG : le diabète, un tueur silencieux (des experts en parlent)

Le Club des Etudiants en Médecine pour la Santé, CEMS et l’Espace Interdisciplinaire des Sciences a organisé une conférence scientifique sur le diabète ce samedi 22 mai, dans la grande à l’ITAV à l’intention des étudiants de l’Université Catholique du Graben, UCG Butembo au Nord-Kivu. Quatre exposés ont été développés par des experts pour décortiquer tous les aspects de cette pathologie due à l’insuffisance rénale dans la production ou la consommation de l’insuline.

 « La physiologie endocrine du pancréas dans la régularisation du sucre dans le sang » a été le premier thème développé par  l’étudiant en D2 Cédric Ilunga pour comprendre le fonctionnement de cet organe.

« Le diabète, une maladie résultat d’une insuffisance pancréatique » est le thème développé par Docteur Augustin Mutsunga, médecin traitant aux cliniques universitaires.

Il a souligné que le diabète est la 9e sur les 10 premières causes de décès au monde et une urgence sanitaire mondiale au 21e siècle qui connait une évolution exponentielle avec 6.28 pourcent de la population mondiale touchée.

Néanmoins des recherches sont en cours sur plusieurs fronts. Il souligne qu’il faut traiter le diabète naissant avec agressivité comme si on était déjà diabétique.

« Parce qu’au moment du diagnostic, le patient a déjà perdu plus de 80 pourcent de la fonction des cellules Bêta. Il n’a pas encore de signes du diabète mais le pancréas a déjà commencé à défaillir. C’est qu’il y a un principe aujourd’hui que le médecin intervient avec agressivité s’il détecte un pre-diabète »

« La prise en charge du diabète » par des produits pharmacologiques et non pharmacologiques a été développée par le pharmacien Guy Makele, chef d’antenne de la Division Provinciale de la Santé, antenne de Butembo.

Il révèle que sa juridiction compte 5188 cas de cette maladie due à la résistance à l’utilisation de l’insuline ou l’insuffisance de la production de l’insuline ont été enregistré, statistique de 2020.

Il a énuméré plusieurs produits pour la prise en charge en administrant l’insuline en intraveineuse, injection ou en spray. Tout en dénonçant le charlatanisme de certains tradi-praticiens, il précise que certaines plantes sont utiles dans la régulation de l’insuline.

« Le monde végétal est trèsriche. Comme cette astéracée appelée‘herbes sorcier’. C’est une plante qui a une certaine vertu hypoglycémiante en prenant un décoction de cette plante qui contient plusieurs principales actifs dont certaines huiles essentielles riches en insèrephénolique ; mais aussi l’ail que vous connaissez tous »

Pour clôturer les exposés, Docteur KalimaNzanzu a expliqué la  diététique et prise en charge pratique du diabète au clinicien. Il insiste que le sucre est un poisson. Il faut limiter tous les produits sucrés  dont la bière, radicalement ceux qui ont un indice glycémique supérieur à 65.

Le régime alimentaire et les mesures hygiéniques sont à respecter pour les diabétiques. Car le diabète est une maladie chronique avec lequel on doit vivre. Il est certainement possible de vivre longtemps avec en suivra les prescriptions à la lettre.

HERVE MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE