Etat de siège : des pauvres paysans paupérisés par la taxe RAM ne savent pas alerter en cas d’incursions rebelles (Tembos Yotama)

Plusieurs  paysans des régions en proie à l’insécurité  sont incapables de lancer des détresses téléphoniques à l’armée  suite au compte déficitaire provoqué par  la taxe RAM, Registre des appareils mobiles. Il s’agit d’une  taxe perçue depuis plusieurs mois auprès des détenteurs des téléphones mobiles que dénoncent plusieurs abonnés des sociétés de télécommunication ainsi que des élus du peuple tel que TembosYotama.

Le dossier RAM a été débattu le  mercredi 29 septembre à l’Assemblée nationale qui a invité le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication (PT-NTIC), KibasaMaliba pour s’expliquer au sujet d’une taxe perçue depuis plusieurs mois auprès des détenteurs des téléphones mobiles. Pendant sa prise de parole le député TembosYotama a fustigé cette taxe qui paupérise davantage les populations des zones en proie à l’insécurité.

« Lors de mes dernières vacances parlementaires, un rescapé de Ndalya m’a avoué n’avoir pas été capable d’alerter les services lors qu’une attaque ennemie a surgi lorsque RAM lui avait déjà pris toutes ces unités. Honorable Président,  si le Ministre peut retracer les fonds prélevés en tenant compte du fait que le RAM visait seulement les téléphones mais dans la pratique, on constate que c’est la SIM qui est taxée et qu’une personne peut se retrouver en train de payer constater deux ou trois fois tout simplement parce que son téléphone contient deux ou trois SIM », a fait savoir l’élu de Butembo lors  de son intervention.

Après le débat général de mercredi 29 septembre 2021 à l’Assemblée nationale, la plénière a décidé d’accorder un délai supplémentaire de 24 heures au ministre Augustin Kibassa Maliba.

Georges Kisando Sokomeka