Guerre contre le M23 : il ne faut pas négocier avec le Rwanda ou ses ouvriers plutôt avec l’occident (Nicaise Kibel Bel Oka)

Conformément à la feuille de route de Nairobi du 9 février 2023, ce mardi 28 mars 2023 aurait été le début du désengagement progressif du M23 des parties qu’il occupe déjà en RDC. Rien n’a été fait. Au contraire, les combats s’intensifient autour de Goma.  Un deuxième accord de retrait qui échoue après celui programmé à Luanda. Est-ce une preuve de plus de l’échec de la diplomatie et de l’intervention de l’EAC ? Et avec qui, en fin, la RDC devra-t-elle négocier ?

Le journaliste Nicaise Kibel Bel Oka, expert des questions sécuritaires dans la région des grands-lacs explique que la RDC s’y prend mal dans cette diplomatie. Elle ne devrait pas se limiter à négocier avec le Rwanda ou ses ouvriers le M23, plutôt avec les puissances occidentales qui se livrent une guerre par procuration pour les minerais stratégiques du Kivu.

« La population congolaise sait que le M23 n’est qu’un instrument du Rwanda et que le Rwanda lui-même n’est que le sous-traitant des grandes puissances. Rappelez-vous la parole du Pape : ‘‘Retirez vos mains de la RDC.’’ Avec qui négocier, ça pose un vrai problème. Parce que nous tombons dans le piège. Lorsqu’on négocie en bon droit avec le Rwanda, le M23 dit que ça ne l’engage pas. Malheureusement le M23 est appuyé aujourd’hui par la position des députés nationaux et provinciaux du Nord-Kivu. La position du 27 février des députés nationaux depuis Kinshasa et du 28 février des députés provinciaux qui ne cite même pas le M23 ni le Rwanda. Et ils demandent de négocier. Donc ça pose un véritable problème. En réalité, la diplomatie doit commencer par les grandes puissances, les anglo-saxons, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, puis la France et les autres, la Belgique ; pour qu’eux puissent faire pression sur le Rwanda. Afin que le Rwanda à son tour demande au M23 de se retirer ou de respecter les engagements. Mais aussi dans cette diplomatie, il faut que les sanctions soient prises. Vous savez qu’il y a eu des massacres, documentés comme à Kishishe.  Si des sanctions sont prises à l’endroit de certains responsables comme on dit, la peur du gendarme, de Dieu est le début de la sagesse. »

Pour le journaliste d’investigation Nicaise Kibel Bel Oka, les Etats-Unis livrent une guerre contre la chine pour le contrôle des minerais stratégiques dans la transition énergétique comme le coltan et le niobium. Cela après avoir perdu le contrôle du cobalt dans le Katanga à partir de 2008. La Chine a en fait droit au contrôle de plus de 60 % de la production de Tenge Fungurume à travers le fameux contrat chinois.

Hervé Mukulu