Micro station de lavage de café de la coopérative Kawa Kanzururu©Rikolto

PASA-NK : le rendement des caféiculteurs amélioré grâce aux micro-stations de lavage du café

L’introduction des micro-stations de lavage du café dans la culture du café en territoires de Beni et Lubero par le Programme d’Appui au Secteur Agricole du Nord-Kivu, (PASA N-K), a sensiblement contribué à l’amélioration de la qualité du café produit dans le graben. C’est ce qui ressort de multiples témoignages recueillis, mardi 28 février 2023  auprès de caféiculteurs de Kaseghe, Kyamboma, Vurondo et Vusorongi dans le groupement Isale-Kalonge en territoire de Beni.  

Micro station de lavage de café de la coopérative Kawa Kanzururu©Rikolto

 

Plusieurs micro-stations de lavage du café ont déjà été aménagées dans cette contrée où sont produits des milliers de tonnes de café à l’exportation. Ici, s’effectue le lavage du café qui consiste au dépulpage, à la fermentation sèche pendant 12 heures suivie d’une autre fermentation pendant 24 heures puis le pré-séchage pendant 3 jours avant le séchage proprement dit.  Des dizaines de paysans producteurs du café encadrés par la Coopérative Paysanne pour le Développement, (COOPAD) témoignent de la réduction du coût de traitement du café grâce à cette nouvelle pratique.

« Avant qu’on ne vienne nous construire les micro-stations de lavage de café, nous le faisions par nous-mêmes, du lavage jusqu’au séchage,    et puis manuellement. C’était de la souffrance ; mais actuellement il suffit qu’on finisse à récolter son café on l’amène directement à la station de lavage et c’est tout. Cette pratique a réduit le coût de la production du café  », confie Katungu Thaunza, caféicultrice du village Kyamboma.

L’objectif des micro-stations de lavage c’est d’uniformiser les méthodes de traitement du café en vue de l’obtention d’une qualité homogène et supérieure, explique Rafiki Isse Kalulu, Conseiller agro-business et production durable, il travaille au sein de l’ONG Ricolto RDC, cheffe de fille de la filière café dans le programme d’appui au Secteur Agricole au Nord-Kivu.

« Si chacun traitait  dans son champ, ça pose problème et ça détruit, mais quand on suit le même protocole de traitement on va aboutir à la qualité qui est homogène. Et cette qualité est issue du traitement adapté aux exigences des acheteurs. Avec les micro-stations de lavage, le score de la qualité du café du Congo est en train de connaitre de l’ambleur. Avant, on appliquait ce qu’on appelle le différentiel négatif c’est-à-dire quand on va fixer le prix du café congolais, on va soustraire d’abord 500 dollars américains à la tonne, mais aujourd’hui, c’est déjà le différentiel positif, donc on ajoute (+) ce n’est plus moins », explique-t-il.

Lors d’une visite d’inspection dans certaines micro-stations de lavage de café avec une équipe de PASA N-K, la directrice adjointe de l’Office Nationale des Produits Agricoles du Congo, ONAPAC, secteur de Beni, Alphonsine Kaswera Sivyaleghana salue la qualité du café produit dans cette contrée.

Jackson SIVULYAMWENGE