×

Nord-Kivu : Me Sekera appelle à plus de transparence dans la gestion de la taxe conventionnelle

Nord-Kivu : Me Sekera appelle à plus de transparence dans la gestion de la taxe conventionnelle

La taxe conventionnelle décrétée par le gouvernement provincial du Nord-Kivu et les opérateurs économiques ne devraient plus être gérées avec opacité afin d’éviter les erreurs du passé.  C’est l’une des recommandations de Me Sekera Kasereka, membre de l’Association des Consommateurs après la relance de ladite taxe par les autorités provinciales pour la construction de 5Km de route à Butembo ainsi qu’à Beni.

Les opérateurs économiques du secteur pétrolier de Butembo et Beni, se sont déjà montrés  favorables au paiement de la taxe conventionnelle forfaitaire de mille dollars américains par camion-citerne, pour la reconstruction de la province du Nord-Kivu.  Pour Me Sekera, l’un de ceux qui ont milité pour la gestion transparente de la taxe conventionnelle, donne des astuces pour éviter les erreurs du passé.

« Nous avons déposé un dossier au parquet pour tenter de comprendre pourquoi, à cette époque-là, l’argent était versé sur un compte privé, apparemment celui du représentant de l’APILU.  Le chiffre que nous avons reçu du parquet concerne la période de 2014 à 2020.  Nous avions déjà versé 1 300 000.  Les rues Ambiance et Kinshasa ont été asphaltées, malheureusement, il n’y a pas eu de communication à ce moment-là.  Néanmoins, 1 300 000 est un montant modeste pour le goudronnage.  En principe, il aurait fallu que ceux qui géraient à cette époque puissent expliquer d’où venait le surplus, car apparemment c’est pour les deux kilomètres (2 km) que nous avons dans la ville de Butembo.  Pendant le mandat du gouverneur Kasivita, un autre tronçon a été goudronné, de la SONAS jusqu’à la mairie.  Depuis l’instauration de l’État de siège jusqu’à aujourd’hui, c’est à ce moment-là que l’argent commence à être versé sur le compte du gouvernorat, et depuis lors, il n’y a pas eu de communication.  Ma principale recommandation est de dire qu’il ne faut pas continuer à gérer cette taxe dans l’opacité.  Même le président de la FEC a utilisé le même terme pour décrire le fait que par le passé, cette taxe a été gérée avec opacité ».

Pour rappel, les opérateurs économiques du secteur pétrolier de Butembo et Beni ont adhéré au paiement de la taxe conventionnelle forfaitaire de mille dollars américains par camion-citerne au terme des échanges qu’ils ont eu tour à tour, samedi 13 et lundi 15 janvier 2024 à Butembo et à Kasindi avec les douaniers et une délégation du gouvernement provincial.

 

Share this content:

Vous avez peut-être manqué