Nord-Kivu : réunion de chefs d’état-major généraux des pays de l’ EAC, « il faut un engagement pour la sécurisation mutuelle » (SOCIV)

La société civile du Nord-Kivu salue la réunion des chefs d’état-major généraux des pays membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) qui se tient depuis  lundi 6 juin à Goma. Cependant, les forces vives attendent des participants, un engagement ferme de sécurisation mutuelle entre leurs états.

Dans un message partagé ce mardi 7 juin à la presse, le Vice-président de la société civile du Nord-Kivu, Edgard Mateso commence par saluer le fait que la question de l’Est de l    la RDC préoccupe de plus à plus  le niveau régional, notamment une certaine mobilisation de la EAC depuis l’adhésion de la RDC.  « Mettre en place une force commune régionale est une bonne chose », estime Edgard Mateso, mais il prévient contre la venue en RDC d’une autre force militaire étrangère supplémentaire.

 

« Tant que nous savons qu’il y a d’autres forces en présence, notamment les casques bleus de la MONUSCO et l’armée ougandaise (UPDF), on risque encore d’envoyer une autre force de la Communauté de l’Afrique de l’Est qui constitue encore une armée étrangère de trop », prévient-il.

 

Pour lui, ce qu’on attend de cette réunion, c’est un engagement ferme de sécurisation mutuelle entre États.

« Les chefs d’états major qui sont en réunion devront prendre un engagement de sécurisation mutuelle, c’est-à-dire, éviter que l’ennemi se cache dans leurs pays et commencer à s’organiser pour venir nous déstabiliser ou déstabiliser un autre pays. Si  nous avons leur accompagnement dans le cadre de renseignement, mais aussi dans le cadre de l’arrestation de tous ceux qui déstabilisent notre région, ça serait une contribution beaucoup plus louable », souhaite Edgard Mateso.

Par ailleurs, au stade actuel des opérations militaires contre le M23, la société civile du Nord-Kivu note avec satisfaction la mobilisation de la population derrière son armée. Elle appelle, toutefois, à ne pas lâcher prise jusqu’à anéantir l’ennemi tout en surveillant ses troupes à ne pas colporter avec les assaillants pour compromettre cet élan.        Les délégations du Burundi, du Kenya, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la RDC, prennent part à cette rencontre, présidée par le chef d’Etat-major général des Forces armées de la RDC, le général Célestin Mbala. Le Rwanda a brillé par son absence pour des raisons non encore  élucidées.

Jackson SIVULYAMWENGE

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE