RDC : Il ne faut pas surcharger d’espoir la présence des experts anti terroristes américains arrivés en RDC (Prof Mughanda)

Il ne faut pas surcharger d’espoir la présence des experts anti terroristes américains arrivés en RDC la fin de la semaine dernière. Ce sont des propos du Professeur Muhindo Mughanda,  enseignant des relations internationales. Le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a autorisé dimanche 15 août 2021 aux experts anti terroristes américains à appuyer l’armée congolaise dans la lutte contre les terroristes ADF présentés par l’Etat Islamique comme sa branche en Afrique Centrale.

Cette présence en RDC des experts anti terroristes américains rentre dans le cadre de la mise en application du partenariat privilégié pour la paix signé par la RDC et les Etats-Unis en 2019 selon Mike Hammer, ambassadeur américain en RDC qui a conduit la délégation militaire auprès du président Tshisekedi.

Dans l’opinion, certaines personnes y voient l’éventualité d’une intervention de l’armée américaine en RDC pour combattre les ADF qui ont tué près de 6000 personnes à Beni depuis 2013 selon la société civile.

Première précision, indique le professeur Mughanda, il ne s’agit pas d’une mission d’intervention si on s’en tient aux propos de l’ambassadeur américain. ‘‘ Ils viennent faire une enquête au bout de laquelle ils essayeront un peu de voir comment ils peuvent aider l’armée congolaise à avoir une formation adéquate qui concerne la lutte contre le terrorisme. Ils essaient de voir où sont les failles, surtout, c’est une mission de capacitation.’’

Autre chose, rien ne permet jusqu’ici d’espérer trop de cette mission, indique Muhindo Mughanda. La RDC doit accepter de porter sa croix. Et les citoyens ont la responsabilité d’aider l’armée à y parvenir. Il explique aussi la perception américaine de l’Allied Democratic Forces ADF.

‘‘ Les Etats unis poursuivent la logique du djihadisme derrière laquelle ils s’étaient rangés en mettant les MTM qui endeuilleraient Beni sur la liste de DAESH, ISIS, qui auraient besoin de créer un califat en Afrique centrale. C’est dans ce contexte qu’ils veulent être cohérents avec ce qu’ils pensaient déjà. Je me dis qu’il s’agit peut être d’une ultérieure vérification qu’ils veulent venir faire sur terrain pour essayer de voir si la thèse qui avait émise par leurs experts est vérifiable. Il peut se faire qu’on surcharge d’espoir la présence américaine, les congolais doivent savoir qu’il y a d’abord eux pour leurs problèmes. Les FARDC et le reste, peut être juste cosmétique.’’

Rappelons que les Etats-Unis ont placé en mars dernier l’ADF sur la liste des « organisations terroristes » affiliées au djihadisme.

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE