Restitution Nairobi III : les représentants du Nord-Kivu ont exigé un dialogue ADF-Ouganda et FDLR-Rwanda

Les représentants de la partie Grand-Nord de la province du Nord-Kivu au processus politique de  Nairobi III ont   restitué  ce mercredi à la presse  de Butembo les conclusions  des  pourparlers de Nairobi pour le retour de la paix dans la partie Est de la RDC. C’était  en présence de Monseigneur l’évêque du diocèse  Sikuli Paluku et du représentant de Mgr Adolf Ise Somo, président de  l’Eglise du Christ au Congo.

Dans son exposé, monsieur l’abbé Rukwata Aurélien, point focal du processus de Nairobi  au Nord-Kivu et Président de la Commission Diocésaine Justice et Paix, CDJP a fait savoir que ce processus politique  a porté sur trois volets à savoir politique, militaire et diplomatique. Sur le plan politique, les groupes armés ont été appelés à déposer les armes     pour entrer dans le P-DDRSC (Programme de démobilisation désarmement, réinsertion communautaire et stabilisation).

 Sur le plan militaire,  l’usage de la force face aux  groupes armés locaux de déposer les armes est envisagé.   La  diplomatie quant à elle servira à faire fléchir le Rwanda notamment accusé de jouer le rôle de tireur des ficelles dans la situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC.

« Les groupes armés présents  à Nairobi III ont accepté ces principes et ont  signé un acte d’engagement  de déposer les armes en émettant certaines conditions notamment  liées aux causes qui les avaient poussés à prendre les armes, à la libération de leurs membres arrêtés, à la retouche des animateurs du PDDRCS qui n’inspirent pas confiance compte tenu de leur passé  d’appartenance aux groupes armés » a expliqué l’abbé Aurélien Rukwata.

En ce qui est de l’observation d’une certaine opinion selon laquelle le  processus de Nairobi semble mettre plus l’accent sur l’activisme du M23 et ignorant les terroristes ADF l’abbé Rukwata recadre.

« C’est une proposition qui a été formulée par la société civile et la communauté du Grand-Nord et du Petit Nord, qu’on demandait  à ce que les pays dont sont issus ces groupes armés étrangers qui commentent tant d’atrocités sur notre territoire que ces groupes retournent chez eux et qu’on initie un dialogue impératif avec leur pays d’origine, on a cité le Rwanda et l’Ouganda » insiste-t-il.

Retenez que certains groupes armés actifs dans le Grand-Nord ont été représentés au processus politique de Nairobi.  Le Mwami Nzanzu Bonane de la chefferie de Baswagha y a été    pour le compte des autorités coutumières, l’Abbé Rukwata comme  point focal du processus de Nairobi au Nord-Kivu et Abbé Prof  Muhindo Malonga comme  expert.

Georges Kisando Sokomeka