Route Butembo-Kisangani : 14 jours minimum sur une route qu’on parcourait à deux jours, les transporteurs en grève

Route Butembo-Kisangani : 14 jours minimum sur une route qu’on parcourait à deux jours, les transporteurs en grève

Etat de délabrement très avancé de la route nationale Numéro 4, tronçon Butembo-Kisangani, les transporteurs sidérés par la situation sont en grève depuis 2 semaines. Ils se plaignent d’une route devenue impraticable depuis près de deux ans en dépit des nombreuses taxes qu’ils payent. Les usagers de cette route longue de 850 km déplorent des pertes énormes.

Les transporteurs sur la route Butembo Kisangani dénoncent la négligence des autorités de l’Etat, des cris d’alarme ayant été plusieurs fois lancés pour porter haut le ras le bol de ceux qui fréquentent les 850 km de la route Butembo Kisangani.

Au lieu de deux jours, les camions, des gros bus notamment, passent entre 14 et 30 jours actuellement témoignent les responsables des agences. Insupportable se plaignent-ils.‘‘ La route est tellement délabrée. On passe au moins deux semaines sur cette route. Nos clients savent que nous sommes en grève.’’

Pourtant les taxes pour aller de Butembo à Kisangani y sont légion et tout est payé indique cet autre responsable d’une agence.

‘‘Les marchandises des clients pourrissent ici. Toutes les autorités sont au courant. Quant à nous, nous sommes soumis au régime et nous payons tout. Nous ne bénéficions d’ucune mesure d’exception. Mais voyez l’état de la route.’’

Conséquences : chauffeurs et passagers sont exposés à l’insécurité, plusieurs compagnies de transport tombent en faillite, les véhicules sont endommagés en un seul voyage etc. Les trafiquants des vivres qui font d’énormes pertes en appellent à l’implication du président de la république. ‘‘ Portez le message au président de la république. Nous souffrons de l’état de cette route si capitale. Dites-lui qu’on ne sait plus amener les oignons à Kisangani. Pourtant notre vie comme celle de plusieurs autres personnes dépend de cette route. Mes oignons ont un mois dans ce dépôt. Ils pourrissent malgré mes efforts de les étaler chaque jour au soleil.’’

Cette route de grande intérêt économique desservait pourtant Kisangani et presque toutes les agglomérations de l’ex province orientale à partir de la ville commerciale de Butembo dans le Nord Kivu et même à partir de l’Ouganda voisin en produits manufacturés importés de l’extérieur du pays et en légumes et autres maraîchers.

Emmanuel KATERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *