Nord-Kivu : l’hospitalité de Butembo force l’admiration des non originaires (Témoignages)

La ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, a toujours été hospitalière. Plusieurs citoyens de la RDC et du monde s’y intègrent sans difficulté et cassent ainsi les préjugés d’une ville fermée sur elle-même. 

Butembo, une ville    ouverte.  J’y suis arrivé il y a exactement 22 ans, a fait savoir Didier Albathi Bin Masudi, originaire de la province du Maniema, née à Bukavu au Sud-Kivu. Il va jusqu’à assurer qu’il est devenu plus bubolais que certains natifs de la place.

En tout cas ; je suis congolais. Je suis née à Bukavu. Je suis passé à Kinshasa et à Isiro et puis à Butembo. Je voudrais paraphraser le Président Mobutu qui disait que partout où vous vous trouvez en République Démocratique du Congo, vous êtes chez vous. 22 ans après, monsieur le journaliste, je me sens comme un poisson dans la l’eau. Je suis d’ici, je ne quitterai pas ici.”, souligne monsieur Didier Albati.

Didier Albathi est à Butembo depuis l’installation de la CNSS en 2000, institution dont il est responsable.  Il en est de même pour monsieur Aslam Narsingani, arrivé aussi en 2000, ce citoyen indien a reçu le nom nande de Kambasu. Il est très connu dans le secteur des produits pharmaceutiques.

« J’ai été encouragé par les amis congolais    à venir m’installer ici à Butembo. Une ville que j’adore pour son hospitalité », a lancé monsieur Aslam en Swahili, une langue qu’il maîtrise parfaitement.

Il dément les accusations qu’il juge des fausses à l’endroit de      la communauté nande taxée de   tribalisme et de racisme.

« C’est faux. Les habitants de Butembo ne sont pas tribalistes. Depuis que je suis là, je suis en parfaite collaboration avec tout le monde. Je n’ai aucun problème. Il s’agit d’un peuple formidable », explique Aslam qui œuvre dans le secteur de l’exportation du cacao et du quinquennat.

Ils sont nombreux, ces non originaires qui se sont déjà intégrés à Butembo. Ils exercent dans différents secteurs professionnels. Sur le plan culturel, messieurs   Didier Albathi et Aslmam Kambasu ainsi que leurs dépendants ont appris la langue locale notamment le Kinande et le Swahili.

Des modèles d’intégration qui invitent les uns et les autres à venir expérimenter la légendaire hospitalité du peuple de Butembo.

 Georges Kisando Sokomeka 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE