Butembo/Effondrement immeuble : l’absence des services publics décriés par les habitants

Certains habitants de Butembo, en province du Nord-Kivu, déplorent la faible mobilisation des autorités locales à venir au secours des victimes lors de l’effondrement de l’immeuble sur avenue Matokeo le vendredi 16 Août 2022. 

Les services publics ont été absents sur le lieu du drame alors qu’ils sont prompts à    recouvrer les taxes et autres redevances sur les chantiers pour le compte des communes, de la mairie voire de la province ou du pouvoir central.

Dans la foulée, les services accusés d’avoir assisté impuissamment les victimes du drame mourir sous les décombres, la protection civile, un service attaché à la mairie.  C’est seulement le samedi 27 août que le maire est arrivé sur le lieu, soit 24 heures après l’écroulement de l’immeuble.

Présent sur le lieu de l’incident depuis l’effondrement de l’immeuble vendredi dernier au tour de 15h30’, ce jeune-homme secouriste volontaire dit n’avoir constaté la présence d’aucune autorité.  Le maire ses autres services ne sont apparus que dimanche 28 août.

« Toute la quantité d’essence que nous avons utilisé la journée du samedi a été collectée auprès de volontaires. Les gens ont donné, les uns 500 francs, les autres 1000 francs jusqu’à réaliser quelques litres d’essence. Mais, personnellement je n’ai constaté la présence de l’Etat qu’hier », a-t-il affirmé.

C’est aussi le constat réalisé par ces jeunes-gens habitants sur avenue Matokeo, non loin du lieu de l’incident.

« L’Etat est arrivé la journée, ils étaient là hier dimanche au tour de 18h30’. C’est la population qui a tout fait, pas l’Etat, avec Jerryson qui a beaucoup travaillé », se sont-ils exprimés tour à tour.

Témoin de la bravoure de la population, le chef d’avenue Matokeo et de cellule Lumumba, Janvier Kihomwa confirme que l’Etat n’est pas vite intervenu.

« L’Etat est intervenu le samedi entre 9 heures 30’ et 10 heures. C’est à ce moment que nous avons vu ses services techniques en train de collaborer avec Jerryson », atteste-t-il.

Contactée à ce sujet, une source au bureau urbain de la protection civile indique que tous les agents commis à ce service ont été mis en congé technique par les autorités provinciales. Actuellement le bureau ne compte que deux agents intérimaires dépourvus de tout. Pas de moyens financiers ni d’ outils de secours, déplore cette source anonyme.

A la tête de secours depuis vendredi soir, Jerryson-Construction a été obligée de retirer momentanément ses engins de génie civil sur le chantier faute d’appui financier de la part de l’Etat. C’est à la suite de ses cris d’alarme que le gouverneur du Nord-Kivu a finalement envoyé du carburant d’une valeur de 1000 litres.

Jackson SIVULYAMWENGE