Indépendance RDC : discours du chef de l’Etat, Nous avons l’impression de ne pas être compris (Société civile Nord-Kivu)

Nous avons l’impression de ne pas être compris par les hautes instances du pays. Ainsi réagit la société civile du Nord-Kivu après le discours du chef de l’Etat à l’occasion du 62ième anniversaire de l’indépendance de la RDC. La société  civile du Nord-Kivu rappelle qu’elle s’est déjà inscrite en faux contre la force régional des Etats de l’Afrique de l’Est sensée venir combattre les rebelles du M23. Même la non-participation à cette force, du Rwanda accusé de soutenir le M23 n’est pas une garantie d’efficacité indique Edgard Mateso son vice-président.

Dans son allocution le 30 juin, comme il le fait traditionnellement, le chef de l’Etat a évoqué la constitution de la force régionale de l’East African Community EAC, précisant qu’il a obtenu la non-participation du Rwanda à cette force. Pour la société civile du Nord-Kivu, Cette force viendra renforcer la cacophonie qui s’observe déjà sur terrain dans la traque des groupes armés. Même si le Rwanda n’a pas de troupes dans la force régionale, on sait qu’elle a une capacité d’influence même sur certains pays qui enverront leurs hommes croit Edgard Mateso.

Les présidents des sociétés civiles des provinces dans lesquelles sévissent les groupes armés sont pour ce faire déjà à Kinshasa justement parce qu’ils ont l’impression de ne pas être compris de loin informe-t-il.

‘‘ Le président insiste. Il n’a pas voulu suivre nos desiderata. D’ailleurs en passant je vous souligne que nous avons eu une mission de plaidoyer auprès du chef de l’Etat des présidents des coordinations provinciales de la société civile forces vives du Nord Kivu, de l’Ituri, du Sud-Kivu, du Maniema et de Tanganyika pour cette même question. Ils doivent rencontrer le président de la république, le premier ministre, les présidents des deux chambres du parlement, les ministres de la défense et de l’intérieur pour la même question. Ce sera pour leur dire que vous optez pour cette force régionale, allez y seuls, vous n’avez pas la société civile derrière vous.’’

Edgard Mateso a aussi commenté le fait pour le président de la république d’avoir dit que c’est grâce à l’Etat de siège qu’on connait les ennemis du Congo. ‘‘ La société civile dans son ensemble avait déjà dit qui est l’ennemi du Congo. Elle avait déjà nommément cité le Rwanda. On attendait que le gouvernement pointe à son tour le Rwanda dans la déstabilisation de l’Est de la RDC. Je ne sais pas ce que l’état de siège a révélé particulièrement. Tout était connu déjà. C’est le gouvernement qui hésitait’’ accuse Edgard Mateso.

En ce qui est des négociations avec les groupes armés à Nairobi, le premier vice-président de la société civile du Nord Kivu mentionne que le chef de l’Etat aura fait ce que la loi lui exige de faire en n’acceptant pas des entrées massives au sein des FARDC des membres de ces groupes armés. Ils doivent amorcer le processus DDRRR note Edgard Mateso, même s’il est par ailleurs critique sur la constitution de la commission qui doit exécuter ce programme.

Emmanuel KATERI

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE