Rencontre de Kibumba entre M23 et Gouvernement : « Prendre des contacts diplomatiques n’est pas synonyme de négociation », dit Me Kule T’hata

La rencontre qui a eu lieu lundi 12/12/2022  à Kibumba entre les rebelles rwandais du M23 et la délégation de la force régionale, l’armée congolaise inclue n’était qu’une consultation diplomatique normale à ne pas confondre avec une quelconque négociation. Le gouvernement congolais n’a pas beaucoup communiqué comme le font les rebelles car ce n’était pas un événement marquant,   opine le Chef des travaux Kule Thata spécialiste des questions sécuritaires dans la région des grands lacs. Il l’a dit ce mercredi 14 décembre 2022 dans un entretien accordé à la voix de l’UCG.      

   

Pour Kule T’hata doctorant à l’Université Catholique du Graben, UCG Butembo, au Nord-Kivu, cette rencontre rentre  dans le cadre des mécanismes de suivi du processus du cessez-le-feu  arrêté au cours des pourparlers de Nairobi 3. Selon lui, la présence de l’armée congolaise dans cette délégation est bien normale car non seulement la RDC est partie prenante de différents mécanismes de suivi et ceux de pacification au regard des conflits armés qui sévissent dans sa zone Est, mais également, partant de sa  souveraineté, le Congo étant un pays souverain,il jouit de l’autorité d’autoriser, mais également de suivre à la loupe 1  Il n’y a pas eu de négociations à Kibumba. Le gouvernement congolais avait dit qu’il  ne pouvait pas négocier avec les terroristes du M23. Il n’avait pas dit qu’il ne pouvait pas avoir de contacts avec les rebelles. Il a été prévu par le chef d’Etats membres de l’EAC qu’il y est une commission  de suivi du désarmement. Or pour désarmer quelqu’un il faut être en contact avec lui. Donc, c’est tout à fait normal et  logique que les institutions de la RDC accompagnent la délégation de l’EAC qui  essaye de prendre langue avec les rebelles. Ces rebelles sont aux abois. Ils essayent de poser de petits actes susceptibles de distraire l’opinion internationale et nationale lorsque doivent forcer les gens à marcher en guise d’appui à leur faveur » explique-t-il 

Commentant la manifestation forcée de soutien aux rebelles M23 à Kiwanja lundi dernier, Me Kule T’hatha   estime que c’était une façon pour les rebelles de se laver la face après son rejet par les institutions internationales. Il condamne néanmoins cette contrainte des rebelles exercée sur la population vivant dans les zones sous leur autorité.

     Elisha  Kindy