Agression M23/Rwanda : la société civile du Nord Kivu s’oppose au dialogue qu’envisage la EAC

Le dialogue de paix entre la RDC et le Rwanda sera lancé le 21 novembre à Nairobi, la capitale du Kenya sous la médiation de l’ex président Uhuru Kenyetta. C’est la communauté des pays de l’Afrique de l’Est qui l’organise en vue de contribuer à la restauration de la paix dans l’Est de la RDC. La société civile du Nord-Kivu s’y oppose puisqu’elle estime que pendant le dialogue, les rebelles sont privilégiés dans le processus. Ce qui encouragerait la création des milices et rébellions. Edgar Mateso est le vice-président de la société civile du Nord Kivu.

« On ne devrait pas accepter que les malfaiteurs se mettent au tour d’une même table avec le gouvernement, et que le gouvernement leurs donne autant de faveurs alors que des citoyens ordinaires qui sont loyaux qui acceptent de travailler pour l’Etat n’ont pas d’emploi et même ceux qui en ont ne sont pas bien payés. Entretemps ce sont les rebelles qui seront privilégiés, voilà la première raison. La deuxième raison c’est lorsqu’on négocie avec un rebelle on semble encourager ceux qui ne sont pas encore entrés dans la rébellion de suivre cette voie parce que ça devient une voie facile d’accéder à des faveurs. Par conséquent nous, nous soutenons la logique selon laquelle le gouvernement doit s’assumer, renforcer son armée et frapper les rebelles.»

Après Kinshasa, le médiateur Uhuru Kenyatta séjourne à Goma dans les préparatifs de la session. Il appelle le M23 à déposer les armes pour espérer dialoguer avec le gouvernement congolais. De son côté, le gouvernement congolais a informé que seuls les rendus seront admissibles à l’échange de Nairobi.

Fabrice Lyriciste