Beni-Peace day : La société civile plaide pour une brigade d’imposition de la paix. (Edgard Mateso)

Alors que le monde commémore le 21 septembre la journée internationale de la paix, la peace day comme connue en anglais, des rebelles ADF ont fait incursion dans la localité de Mbau, chef-lieu du secteur de Beni-Mbau, en territoire de Beni, environ 400 km de Goma, dans le nord de la province du Nord Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo. Les faits se sont produits aux environs de 21 heures locales, la nuit de dimanche 20 à ce lundi 21 septembre. La société civile du Nord Kivu condamne cette nième attaque sur des civils dans cette zone et plaide pour une mission d’imposition de la paix. Un chercheur des questions sécuritaires attire l’attention sur le besoin de l’armement des civils.   

Le bilan encore provisoire fait état de 10 civils tués et plusieurs maisons incendiées par les assaillants. Information confirmée par la société civile du Nord Kivu. Son vice-président Edgard Mateso dénonce cette absence criante de paix au moment où le monde entier commémore la paix.

‘‘ Paradoxalement, alors que le monde commémore la journée de la paix, ici on nous fait célébrer l’absence de paix. On pleure ! On sent qu’il y a absence manifeste de l’autorité de l’Etat. Les groupes armés se baladent village après village, les gens sont tués, les rescapés fuient leurs champs…’’ se désole Edgard Mateso.

N’ayant plus confiance à l’armée nationale et à la Monusco, la société civile demande à la communauté internationale de s’investir pour l’envoie d’une mission d’imposition de la paix du genre Artemis dont l’intervention à Bunia pendant le conflit interethnique des années 2000 était un franc succès. ‘‘ Nous avons une mission de maintien de la paix alors qu’il n’y a jamais eu de paix dans cette région. On ne maintient pas ce qu’on a pas en fait. Il nous faut une brigade d’imposition de la paix du genre Artemis…’’ plaide Edgard Mateso.

Interrogé, le porte-parole des opérations Sukola 1 visant à combattre les rebelles ADF (Allied Democratic Forces) auxquels l’attaque sus évoquée est attribuée, tout en rassurant du renforcement des dispositifs sécuritaires à Mbau et environs, tente de justifier ce qui est arrivé : ‘‘ ce qui s’est passé à Mbau est regrettable. Nos services étudient comment et pourquoi cela est arrivé. Dans cette attaque, il y a tellement des soupçons qu’il y ait des règlements de compte. Nous suivons de près la situation de Mbau… Pourquoi la majorité de ces morts n’appartient qu’à une seule famille ? Nos services vont y répondre et dans les jours qui viennent nous aurons peut-être une autre version.’’ Et d’ajouter pour rassurer : ‘‘Nos éléments ont réagi rapidement et nous avons ainsi limité le dégât. La preuve, nous avons enregistré un militaire parmi les morts.’’ 

La société civile propose à l’assemblée nationale pour cette session de septembre de s’investir pour que Beni soit déclaré en ‘‘état de siège’’ en vue de voir le gouvernement se concentrer sur cette question.

Sachez que la journée mondiale de la Paix commémorée ce 21 septembre avait pour thème : ‘‘façonner la paix ensemble’’.

Emmanuel Kateri