Butembo : Acte de sabotage des poteaux ENK, Me Sekera, la société civile et des mouvements citoyens s’indignent contre cette barbarie

Le vandalisme contre les poteaux de transport du courant de l’entreprise Energie du Nord-Kivu continue à susciter des réactions d’indignation contre les auteurs de cette barbarie et de compassion pour cette entreprise.

Maire Sekera Kasereka, assistant parlementaire du député national Eric Kamabu présente ses sincères compassions à l’entreprise ENK. Car saboter une entreprise d’une telle utiliser c’est agir contre la population de Butembo. Les auteurs doivent s’amender.

« Ceux qui fait ça, ils ne sont pas seulement contre la société ENK mais c’est un acte qui n’aide pas la ville de Butembo. Nous estimons que ce n’est pas bon et nous en appelons à la conscience  de ceux qui fait ça et leur dire qu’ils ne doivent plus répéter des actes de ce genre. », martèle Me Sekera.

Maitre Sekera, précise qu’ils ne sont pas pro Virunga mais seulement pour la concurrence qui puisse permettre à la population d’un service de qualité.

Par ailleurs société civile Urbaine de Butembo rappelle que cette manière de réclamer ses droit est une auto-flagellation. Preuves à l’appui, le dégât causé par cette coupure intentionnelle du courant. Van Germain en est le Président.

« Ce courant alimente des hôpitaux, des chambres froides, plusieurs activités commerciales dans les villes de Butembo et Beni. Imaginez les dégâts que vous allons observer dans les hôpitaux pour les gens qui étaient sous respirateurs, dans les salles d’opération. Je crois que les organisateurs devraient revoir leur méthode d’appeler la population à les accompagner. On ne peut pas demander l’accompagnement de la population en sacrifiant cette dernière », souligne Van Germain Katsiwa

Partisans de cette campagne journée ville morte sans limite, le mouvement citoyen Jeunes Patriotes de Butembo condamne les dérapages observés lors de la journée de ce lundi 14 mars. Même son de cloche du côté du mouvement antigang qui rappelle que bruler des pneus, faire fermer les boutiques relève de l’incivisme. Il faudrait plutôt maintenir la pression sur les députés à Kinshasa.

Hervé Mukulu